×

Balenciaga contre Nicolas Ghesquière : la médiation acceptée

Publié le
today 27 août 2014
Temps de lecture
access_time 2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

© 2014 AFP - Le créateur français Nicolas Ghesquière et la maison Balenciaga ont accepté la médiation proposée par le tribunal de grande instance de Paris, ont indiqué mercredi à l'AFP les parties prenantes de ce dossier suivi avec attention par le milieu de la mode.

Balenciaga reproche à Nicolas Ghesquière d'avoir violé des clauses du contrat mettant fin à leur collaboration, en tenant des "propos désobligeants" sur la marque, avait expliqué à l'AFP fin juin Me Thierry Lévy, qui défend Balenciaga.

Les cabinets des avocats ont confirmé avoir accepté la médiation, tout en refusant de donner d'autres détails.

Les deux parties avaient jusqu'à ce mercredi pour dire si oui ou non elles acceptaient la médiation proposée début juillet par le président du TGI "pour que tout le monde sorte la tête haute" de cette affaire. A défaut, un jugement aurait été rendu.

Leur rupture, annoncée en novembre 2012, avait surpris toute la planète mode. En quinze ans, Nicolas Ghesquière avait fait revenir sur le devant de la scène l'illustre mais somnolente maison.

La séparation avait été présentée comme "une décision concertée". Sans plus d'explication. Les deux parties s'étaient interdit de commenter la fin de leur collaboration afin d'"éviter toute interprétation nuisible à leurs intérêts économiques et à leur image", selon l'assignation devant le tribunal.

Nicolas Ghesquière (photo AFP)




Nicolas Ghesquière avait touché une indemnité de rupture de contrat de 6,5 millions d'euros, d'après ce document dont l'AFP a obtenu une copie. Ses actions ont été rachetées pour plus de 32 millions d'euros. En contrepartie, il ne devait donc pas tenir de propos susceptibles de porter atteinte à l'image de Balenciaga ou du groupe PPR (aujourd'hui Kering), propriétaire de la marque.

Mais deux semaines après la rupture du contrat, Nicolas Ghesquière accordait à une revue, System, un premier entretien, suivi de plusieurs autres, dans lesquels il ne mâchait pas ses mots à l'égard de la maison et de la stratégie de la griffe.

Balenciaga réclame selon l'assignation 7 millions d'euros de réparation du préjudice subi.

Pour l'avocat de Nicolas Ghesquière, les propos du créateur n'étaient pas un réquisitoire contre Balenciaga mais une inquiétude partagée par d'autres directeurs artistiques. "C'est la vieille et difficile question du rapport entre le créateur et la maison de mode", expliquait Me Michel Laval à l'audience.

Nicolas Ghesquière a présenté en mars dernier sa première collection pour la griffe Louis Vuitton, marque phare du numéro un mondial du luxe.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.