×
Publicités

Baselworld 2015 : entrée des smartwatches et retour d'une certaine sobriété luxueuse

Par
AFP-Relaxnews
Publié le
today 28 mars 2015
Temps de lecture
access_time 3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Baselworld, le rendez-vous mondial de l'horlogerie de luxe, vient de clore son édition 2015 à Bâle, en Suisse. Jean-Jacques Weber, directeur général de la société Templus, distributeur des marques horlogères suisses en France, revient sur les moments forts du salon.



Les smartwatches font la une cette année, comment s'est positionné le salon de Bâle sur cette tendance ?

Les smartwatches ont fait incontestablement le buzz à Bâle. Plus d'une trentaine de stands en présentaient des projets, mais une seule en avait une livrable à partir de mai : Fréderique Constant + Alpina.  Elle s'intègre dans une collection de smartwatches horologiques ressemblant à une montre classique, pas à un gadget.  Fréderique Constant a travaillé sur le projet depuis deux ans pour être capable de la livrer au printemps. Ce modèle capte les activités corporelles pendant le jour et la nuit, il fonctionne sous iOS et Android.

Craignez-vous que les montres « gadget », comme celle d'Apple par exemple, aient un effet négatif sur le marché?

Pas du tout. Sachez qu'à peu près trente pour cent des gens qui ont moins de 30 ans ne portent pas de montre. Ce que nous espérons, c'est que ces modèles, que les jeunes consommateurs veulent acheter parce ce qu'ils sont « geek » ou « hype », vont leur donner envie de « porter l'heure ». Si vous achetez une Apple watch, vous allez commencer à prendre l'heure à votre poignet... et peut-être aurez vous plus tard envie de porter quelque chose de plus élégant...

L'arrivée des smartwatches pourrait-elle affecter le marché du luxe ?

Non, je pense que c'est une très bonne chose. Il y aura toujours des amateurs pour les belles montres qui font « tic tac », c'est évident. Mais dans les montres à Quartz, à terme, trente à cinquante pour cent des modèles seront certainement connectés. 

Il semble que toutes les extravagances soient désormais possibles en matière de montres. Un modèle a-t-il retenu votre attention cette année ?

J'ai vu une Hublot à 1million de dollars... un bloc de diamants. L'ensemble était très beau, mais j'ai trouvé ça « too much » et un peu choquant.

On parle beaucoup des grandes marques, moins des émergentes, quelles sont celles qui ont attiré votre attention ?

Je retiendrais Meistersinger, qui entend donner un temps un peu plus « philosophique », scandé par une seule aiguille, c'est très simple et épuré. La marque est en train de véritablement se développer auprès des amateurs d'horlogerie et de philosophie.

En matière de design, que retenir de cette édition de Baselworld ?

La réduction des diamètres pour les hommes. Avant on considérait qu'une montre pour hommes devait faire 45 mm, aujourd'hui on compte beaucoup de montres entre 30 et 40 mm. On remarque aussi de plus en plus de femmes qui portent des montres d'hommes. Au niveau du design, tout est plus simple. On est un peu sorti des grosses pièces très compliquées et extravagantes, tout ça est un peu terminé. C'est moins « bling bling ». Un peu comme tout en ce moment !

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 AFP-Relaxnews.