×
Publicités
Par
AFP
Publié le
23 avr. 2013
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Baselworld: les regards restent tournés vers la Chine

Par
AFP
Publié le
23 avr. 2013

ZURICH, 23 avr 2013 (AFP) - Baselworld, le plus grand salon mondial de l'horlogerie et de joaillerie, s'ouvrira au public jeudi à Bâle sur une note incertaine quant à l'évolution des ventes en Chine après qu'elles aient battu tous les records l'an passé.

Le salon Baselworld


Plus de 100 000 visiteurs et 3 000 journalistes sont attendus durant ce rendez-vous annuel considéré comme la "grand-messe" de l'horlogerie.

Le salon accueillera cette année encore les plus prestigieux fabricants de montres suisses, à l'instar de Patek Philippe, Rolex et Omega, et les plus grands noms de la joaillerie, tels que Bulgari, propriété du groupe français LVMH, et Harry Winston, récemment acquis par le suisse Swatch Group.

Les organisateurs du salon ont déjà enregistré la participation de 1.460 exposants venus de 40 pays, qui rivaliseront d'ingéniosité pour attirer l'attention sur leurs nouvelles collections.

"Baselworld devrait être placé cette année sous le signe de l'innovation technologique, avec toujours plus de complications sur les modèles prestigieux, et des nouveaux matériaux", a indiqué Rene Weber, analyste chez la banque Vontobel, à l'AFP, soulignant que ces nouveautés restent le meilleur moyen de se démarquer parmi l'offre pléthorique de montres.

Parmi les modèles vedettes du salon, Hublot, une marque du groupe LVMH, présentera notamment une pièce développée en partenariat avec le prestigieux constructeur automobile italien Ferrari.

Baptisée Masterpiece LaFerrari, cette montre mécanique équipée d'un tourbillon va établir un nouveau record du monde de réserve de marche, avec une autonomie de cinquante jours, soit environ 1 200 heures pendant elle n'aura pas besoin d'être remontée. Le précédent record se situait jusqu'à présent à 40 jours, a précisé la marque à l'AFP.

Nick Hayek, le patron de Swatch Group, le numéro un mondial de l'horlogerie, a également soigneusement entretenu le mystère sur sa célèbre montre en plastique multicolore, promettant une "innovation révolutionnaire" alors que la marque Swatch souffle cette année sa trentième bougie.

Si les prouesses techniques cristalliseront l'attention des amateurs de montres, Baselworld sera également très suivi des investisseurs. L'événement, durant lequel les fabricants de montres engrangent l'essentiel de leurs commandes annuelles, est en effet considéré comme un des meilleurs indicateurs de la santé du secteur.

L'horlogerie suisse a connu un essor sans précédent au cours des trois dernières années, déjouant systématiquement les prévisions de ralentissement en particulier grâce à l'appétit des consommateurs chinois pour les produits de luxe.

En 2012, les exportations horlogères helvétiques ont touché un sommet historique, dépassant pour la première fois la barre des 21 milliards de francs suisses (17 milliards d'euros), mais les signes d'essoufflement en Chine se sont multipliés depuis l'automne. En 2012 les achats chinois, y compris Hong Kong, se sont élevés à 6 milliards de francs suisses (4,96 milliards d'euros), soit 28% du total des exportations de montres suisses.

Début mars, Nick Hayek avait d'ailleurs adopté un ton prudent sur les perspectives des montres de prestige sur ce marché, soulignant que "les taux de croissance de 15, 20 à 30%" auxquels les investisseurs se sont habitués n'étaient pas tenables dans la durée.

Alors que la croissance de la seconde économie mondiale a ralenti, les analystes financiers cherchent actuellement à évaluer l'ampleur du tassement d'activités en Chine, en partie lié à un mouvement de déstockage chez les détaillants asiatiques.

Des éléments ponctuels néanmoins ont pu peser sur les statistiques durant la période de transition politique, ont pointé des analystes, les autorités chinoises ayant lancé une campagne interdisant les cadeaux précieux pour les responsables officiels.

"La question durant Baselworld sera de comprendre ce qui se passe en Chine Continentale", a déclaré Jon Cox, analyste chez Kepler Capital Markets, à l'AFP, insistant cependant sur le fait que ce marché semblait fragile.

Le salon débutera le mercredi 24 avril avec la traditionnelle journée de presse et ouvrira le lendemain ses portes au public. Les visiteurs, qui devront débourser 60 francs suisses (49 euros), auront alors jusqu'au 2 mai pour déambuler entre les stands sur 141 000 mètres carrés d'exposition.

Par Nathalie OLOF-ORS

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.