×
Publicités
Par
AFP
Publié le
16 févr. 2015
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Bata : l'offre de reprise de François Le Ménahèze validée par le tribunal

Par
AFP
Publié le
16 févr. 2015

Le tribunal de commerce de Nanterre a validé lundi l'offre de reprise de Bata présentée par l'actuel dirigeant de la société, François Le Ménahèze, qui veut garder 96 des 136 magasins et 494 des 804 salariés, a indiqué un représentant du distributeur de chaussures canadien.

Bata, confronté à des difficultés en France depuis plusieurs années, était en cessation de paiement depuis novembre. La société avait fait l'objet de huit propositions de reprise, dont une de l'Anglais JD Sport, une autre du chausseur Eram, et une troisième du distributeur de textile et de chaussures français Vivarte.

François Le Ménahèze s'était associé aux enseignes Courir et Etam pour son offre. Dans le détail, 72 magasins resteront exploités sous enseigne Bata, tandis que 18 seront repris par Courir et six par Etam.

Une offre de reclassement chez ces deux dernières enseignes sera proposée à 130 salariés de Bata, qui ne feront pas partie des 494 directement repris.

« L'éventuelle reprise des magasins non conservés (par l'offre de François Le Ménahèze, ndlr) sera traitée par le mandataire », a indiqué le représentant de Bata.

Bata a été créée en 1894 par une famille tchèque, qui a ensuite émigré au Canada dans les années 1930 pour fuir le nazisme. Elle voit ses ventes s'effriter depuis plusieurs années, en raison de la concurrence d'internet (dont les sites Zalando ou Sarenza), mais aussi d'enseignes d'habillement comme Zara, H&M, Celio, qui ont également lancé des collections chaussures, en cassant les prix.

La société fait également les frais des arbitrages de consommation dans une période de pouvoir d'achat contraint, avec un marché global de la chaussure qui a reculé de 10 % en 2014.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.