×
Publicités
Publié le
19 nov. 2013
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Bernard Arnault remonté contre la fermeture à 21h de Sephora Champs-Elysées

Publié le
19 nov. 2013

Bernard Arnault apporte son écot dans la lutte d'influence sur les horaires légaux d'ouvertures des commerces en France. Le PDG de LVMH a jugé mardi "consternant" qu'un syndicat extérieur à sa filiale Sephora soit parvenu à faire appliquer l'interdiction d'ouverture au-delà de 21 heures du magasin des Champs-Elysées. Légalement, l'ouverture des commerces est autorisée entre 5h et 21h en France. Des dérogations peuvent exister pour certaines zones touristiques.

Bernard Arnault, PDG de LVMH et donc à la tête de l'enseigne Sephora. Photo AFP.

Mais plus que l'interdiction, il semble que ce soit l'identité des plaignants qui ait excédé Bernard Arnault. "Un syndicat extérieur à Sephora, qui n'a absolument rien à voir avec l'entreprise, qui d'ailleurs n'a jamais mis les pieds dans l'entreprise, qui est totalement contesté par les salariés, qui s'appelle Clic, a fait un procès à Sephora comme à d'autres pour faire annuler le travail du soir, a expliqué Bernard Arnault sur BFM Business. Procès qu'il a successivement gagnés". "C'est assez consternant, d'autant plus consternant qu'on me dit que ce Clic en question fait ça non pas pour des raisons idéologiques mais pour des raisons purement financières, qui lui ont permis, depuis qu'il fait ça, de gagner pratiquement 10 millions d'euros", a poursuivi Bernard Arnault."C'est quand même incroyable. Et les tribunaux suivent, approuvent", a-t-il déploré.

Selon lui, "pour les Chinois qui viennent de plus en plus en France et pour les autres (touristes), venir sur les Champs-Elysées et arriver dans un trou noir, ce serait extrêmement démotivant (sic)". Il a prévenu qu'à défaut de venir à Paris, ces touristes "vont aller faire marcher les affaires d'un autre pays" et a appelé à une "certaine évolution" en la matière.

Une déclaration qui intervient alors que les députés Nathalie Kosciusko-Morizet, Luc Chatel et Frédéric Lefebvre ont soumis, le 23 octobre dernier à l'Assemblée Nationale, une proposition de loi "autorisant l'ouverture des commerces la nuit dans des zones touristiques d'affluence exceptionnelle ou d'animation culturelle permanente". Ce texte doit être examiné par la commission des affaires sociales le 27 novembre.

Le patron de LVMH a par ailleurs rappelé que les salariés du magasin des Champs-Elysées travaillant entre 21h et minuit (01h00 du matin le week-end) sont "tous volontaires", perçoivent une majoration salariale de 25 %, et "bénéficient tous d'un certain nombre de conditions de sécurité" comme être raccompagnés "en taxi chez eux le soir".

Après une action de l'intersyndicale du commerce de Paris, le Clic-P (CGT, CFDT, Seci-Unsa, SUD, CGC et FO), Sephora a été condamné le 23 septembre par la cour d'appel de Paris à ne plus faire travailler ses salariés jusqu'à minuit.

Sephora s'est pourvu en cassation. Une centaine de salariés, qui ont été déboutés après avoir assigné les syndicats, ont saisi la cour d'appel de Paris qui a mis sa décision en délibéré au 9 décembre.

Olivier Guyot avec AFP

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com