×
6 050
Fashion Jobs
GROUPE BEAUMANOIR
Acheteur (H/F)
CDI · PARIS
RALPH LAUREN
Chargé de Développement RH (H/F)
CDI · PARIS
LANCEL SOGEDI
Responsable Approvisionnement Produits Finis et Packaging - H/F
CDI · PARIS
CHANEL
Chef de Projet Développement Outils Visual Merchandising Mode
CDI · PARIS
SEPHORA
Manager Des Ventes (F/H) - Montpellier Polygone
CDI · MONTPELLIER
LA HALLE
Merchandise Planner - PAP Homme (H/F)
CDI · PARIS
ABSOLUT CASHMERE
Chargé de Gestion Commerciale Wholesale (H/F)
CDI · PARIS
PVH CORP.
Stock et Visual Merchandiser Manager (M/F/X) - Tommy Hilfiger - Mcarthurglen Giverny - CDI 35h
CDI · GIVERNY
PVH CORP.
Stock et Visual Merchandiser Manager (M/F/X) - Calvin Klein - Mcarthurglen Giverny - CDI 35h
CDI · GIVERNY
SIMONE PERELE
Responsable Marketing et Communication
CDI · CLICHY
CCLD RECRUTEMENT
Directeur Régional H/F
CDI · PARIS
SEPHORA
Manager Des Ventes (F/H) - Brest - CDI
CDI · BREST
CHILDREN WORLDWIDE FASHION C.W.F
Acheteur / Développeur Matières Annexes F/H
CDI · LES HERBIERS
COURIR
Chargé.e de Stock Studio - Paris - CDI -Temps Partiel - 25h - F/H
CDI · PARIS
COURIR
Chargé.e de Stock Studio - Paris - CDI -Temps Partiel - 20h - F/H
CDI · PARIS
TOD'S
Retail Back Office Coordinateur (H/F)_ Tod's Faubourg
CDI · PARIS
ROUJE
Chef de Produit Accessoires H/F
CDI · PARIS
SINTEL RECRUTEMENT
Gestionnaire Commercial et Logistique (H/F)
CDI · SAINT-OUEN-SUR-SEINE
SINTEL RECRUTEMENT
Chargé de Cotation Logistique (H/F)
CDI · SAINT-OUEN-SUR-SEINE
SINTEL RECRUTEMENT
Responsable Administration Des Ventes (H/F)
CDI · PARIS
RETAIL CONSEIL
Recruitment Officer, Luxury Retail
CDI · PARIS
GROUPE PRINTEMPS
Manager Des Ventes - Vélizy 2 H/F
CDI · VÉLIZY-VILLACOUBLAY
Publicités
Publié le
10 déc. 2013
Temps de lecture
4 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Billabong: le nouveau PDG avance un plan de relance en sept points

Publié le
10 déc. 2013

Un mantra et sept points: Neil Fiske a opté pour une présentation schématique de sa stratégie. A l’occasion de l’assemblée générale des actionnaires de Billabong, le nouveau PDG, en poste depuis trois mois et arrivé avec les fonds Centerbridge et Oaktree, devait redonner confiance à l’auditoire et présenter les premières pages de son plan pour redresser le groupe de marques de glisse.

Billabong prêt à repartir de l'avant ? Visuel Billabong.


Après avoir détaillé son cursus, et son savoir-faire dans le redressement de société en difficultés, le dirigeant a d’abord martelé son mantra "Fewer, Bigger, Better" (Moins, Plus important, Mieux). "Nous avons essayé de faire beaucoup de choses, et aucune réellement bien, a pointé Neil Fiske. Construire des marques mondialisées nécessite un éventail de qualités. Diriger des réseaux multimarques locaux est quelque chose de totalement différent. Et être un pure player multimarque est une toute autre chose… A mesure que la complexité a augmenté nous avons perdu notre cap".

Le PDG entend en redonner un via son plan en sept points.
Et dans celui-ci, les marques constituent le premier axe. Le groupe va ainsi séparer son portfolio en deux. D’un côté Billabong, Rvca, et Element. De l’autre les marques émergentes.

Rvca et son positionnement autour de l'art et la culture devrait profiter du plan de Neil Fiske. Visuel Rvca.

"Nous avons quelques joyaux, comme Von Zipper, qui ont la capacité de devenir des marques lifestyle plus importantes, appuie Neil Fiske. Nous garderons celles qui ont un potentiel de croissance ou de marché et évaluerons nos options pour les autres". Le dirigeant veut définir des stratégies marque par marque, et il ne serait donc pas étonnant que certaines sortent de son portefeuille. "Aujourd’hui nous avons beaucoup de marques et nous les traitons quasiment toutes de la même manière. Chaque marque reçoit la même part de marketing, sans rapport avec son développement et son potentiel de croissance. Rvca montre une croissance impressionnante, mais nous lui donnons le même niveau marketing que des marques arrivées à maturité au lieu d’appuyer sur l’accélérateur".

Pour bien définir les territoires de chacune de ses marques, le groupe va, et c’est le second point, revoir sa façon de faire concernant ses produits. Précisant que 40 % des styles n’apportent au final que 5 % du chiffre d’affaires, le PDG entend réduire d’au moins 25 % le nombre de produits: "Les designers et les développeurs seront plus efficaces car ils passeront plus de temps sur un produit".

Le point n°3 du plan de Neil Fiske est dédié au marketing. Sur ce thème, l’homme compte développer un nouveau CRM et surtout développer la relation directe avec le consommateur clé de 15-18 ans via les réseaux sociaux.
Un développement qui mène inévitablement à la problématique de l’omnicanal. "L’une de nos priorités est de construire une plateforme mono marque de relation directe avec le consommateur", souligne le PDG. Ce volet, qui passe par l’e-commerce et les magasins à l’enseigne, doit prendre une place forte dans le chiffre d’affaires d’ici 5 ans. Et de citer l’exemple de The North Face qui est passé d’une activité quasi exclusivement tournée vers la vente en gros à un modèle où le "direct to consumer" représente 30 % du chiffre d’affaires. Cette stratégie impliquera une forte refonte de l’e-commerce du groupe, avec la création d’une plateforme e-commerce mondiale unique.

Les investissements marketing auront pour objectif de renforcer le lien entre les marques et leur cible clé de 15-18 ans.



Les trois derniers points devraient être moins visibles pour le consommateur final. Le PDG entend organiser sa supply-chain pour accélérer la rotation de ses stocks mais aussi diversifier et améliorer son sourcing.

Côté organisation, il compte renforcer les équipes de merchandising, de design et de marketing, mais aussi renforcer ses capacités sur les pôles logistique, plateforme "direct to consumer", informatique et financier.

Le financier est d’ailleurs le dernier axe à travailler selon Neil Fiske. Il pointe du doigt la gestion des stocks et l’objectif inconditionnel de réduction des coûts tout en concluant sur la volonté d’identifier et de se séparer des parties non profitables de l’activité du groupe.
Après 18 mois de perturbations, le plan du PDG doit donc aussi permettre de faire le tri dans les diverses activités de Billabong. Avant d’enfin repartir de l’avant ?

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com