×
5 836
Fashion Jobs
MAJE
Responsable Production Accessoires - CDD H/F
CDI · PARIS
SINTEL RECRUTEMENT
Chef de Produit - PAP Homme Premium (H/F)
CDI · PARIS
SINTEL RECRUTEMENT
Chargé de Planification - PAP Femme Maison Française de Luxe (F/H) CDI
CDI · PARIS
SINTEL RECRUTEMENT
Acheteur Tissus Collection Créateur - PAP Luxe (H/F)
CDI · PARIS
EKYOG
Directeur Generale
CDI · PARIS
CLAUDIE PIERLOT
Gestionnaire de Stocks H/F
CDI · PARIS
BONPOINT
Gestionnaire de Stock / Conseiller de Vente - Flagship F/H
CDI · PARIS
SINTEL RECRUTEMENT
Chargé de Cotation (H/F)
CDI · SAINT-OUEN-SUR-SEINE
CONFIDENTIEL
Directeur Des Ressources Humaines H/F
CDI · PARIS
SINTEL RECRUTEMENT
Gestionnaire Commercial & Logistique (H/F)
CDI · SAINT-OUEN-SUR-SEINE
BALMAIN
Coordinateur.Rice Transport Amont ou Aval H/F
CDI · PARIS
MAISON CLOSE LINGERIE
Responsable Des Ventes Wholesale International
CDI · MARSEILLE
PACO RABANNE MODE
Chef de Produit Accessoires Cuirs H/F
CDI · PARIS
THE FRANKIE SHOP
Chef de Produit
CDI · PARIS
CCLD RECRUTEMENT
Directeur Des Ventes H/F
CDI · AMIENS
CCLD RECRUTEMENT
Directeur Des Ventes H/F
CDI · LILLE
LACOSTE
CDI - Senior Demand Planner Emea jv &Amp; Partners F/H
CDI · PARIS
TAPE À L'OEIL
Chargé de CRM H/F
CDI · WASQUEHAL
GROUPE IKKS
Chargé(e) de Paramétrage (H/F) - CDI
CDI · SÈVREMOINE
BLUE BOX
Responsable de l’Identité Visuelle et Merchandising France H/F
CDI · L'UNION
BLUE BOX
Directeur Retail France H/F
CDI · L'UNION
BLOCH CONSULTING
Responsable Régional Partners Lacoste (H/F)
CDI · PARIS
Publicités
Par
AFP
Publié le
4 juin 2013
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Billabong ne trouve pas de repreneur et plonge en Bourse

Par
AFP
Publié le
4 juin 2013

SYDNEY (Australie), 04 juin 2013 (AFP) - L'action du groupe australien de vêtements de surf Billabong a plongé de près de 50% à la Bourse de Sydney mardi, à sa reprise de cotation après un mois de suspension, alors que le groupe a annoncé l'échec des négociations avec deux repreneurs potentiels. Le titre a fini à 23 cents de dollar australien (0,17 euro), en repli de 49,5% par rapport au 9 mai, jour précédent de sa cotation. Il a plongé de 58% en cours de séance dans la matinée.

Monté haut dans les années 2000, le groupe australien chute dangereusement - Visuel: Billabong


"Les discussions avec les consortiums Sycamore et Altamont/VF sur un changement de contrôle sont terminées", a annoncé le groupe dans un communiqué. Des négociations, non exclusives, se poursuivent en revanche avec ces deux entités concernant des ventes d'actifs, ou d'autres moyens de refinancement, pour rembourser les dettes, a-t-il ajouté.

"Le refinancement vise à fournir à l'entreprise une solution globale et une structure de capital adéquate pour poursuivre son programme de réformes", a précisé Ian Pollard, le président de Billabong.

Billabong souhaite aller "aussi vite que possible, tout en réduisant drastiquement les coûts dans toutes nos opérations".

Plusieurs entités s'étaient déclaré intéressées ces derniers mois par une reprise du groupe, créé en 1973 par un couple de surfeurs, mais qui accumule les déboires depuis quelques années. Parmi ces entités, les sociétés d'investissement Sycamore Partners (associée à Paul Naude un ancien dirigeant américain) et Altamont Capital Partners, et le groupe de vêtements VF Corporation. Mais aucune discussion n'a abouti.

En 2012, Billabong avait rejeté une offre d'achat de la firme TPG, pour 841,8 millions dollars austaliens. Aujourd'hui sa valorisation boursière est de quelque 91 millions de dollars.

Le groupe envisage la vente de la chaîne de vêtements canadienne West 49, indique-t-il dans son communiqué. Il a également révisé une nouvelle fois à la baisse ses prévisions de résultats pour l'année en cours. Il table désormais sur un bénéfice brut d'exploitation compris entre 67 et 74 millions, contre 81 millions prévus jusqu'à présent.

Créé sur la Gold Coast australienne, dans l'Etat du Queensland, Billabong était devenu célèbre dans le milieu du surf, puis au-delà, en proposant des vêtements pour les sports de glisse notamment, mais sachant séduire au-delà de ce public.

La société a grossi lors de la dernière décennie, en s'installant à l'étranger et en rachetant d'autres marques, dont Tigerlilly et Von Zipper.

Mais le groupe a souffert de la cherté du dollar australien, du ralentissement économique mondial et du moindre succès remporté par ses produits auprès des acheteurs.

Avec Dow Jones Newswires

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.