×
Publicités
Publié le
18 juil. 2013
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Boris Bidjan Saberi élargit son champ d'action

Publié le
18 juil. 2013

Absent des podiums lors de la dernière Fashion Week masculine de Paris, Boris Bidjan Saberi a présenté dans l’intimité de son showroom parisien la dernière collection de sa ligne principale, ainsi qu’une seconde capsule pour femme et une proposition inédite pour son nouveau projet, une ligne plus streetwear baptisée "11".

Collection printemps-été 2014 (photos via Boris Bidjan Saberi)



"Cette saison, je me suis inspiré de l’esthétique des marins et des pêcheurs, explique-t-il, comme on en trouve à Barcelone. J’ai utilisé par exemple de la toile de voile pour construire certaines pièces outdoor et introduit la couleur jaune, qui rappelle les balises et les gilets de sécurité qu’on trouve en mer".

Le jeune homme est quasi-obsédé par l’aspect expérimental et fonctionnel de la création. Il avoue volontiers qu’il cherche généralement à faire "les choses les plus compliquées et sophistiquées possibles", sans non plus perdre de vue l’aspect utilitaire du vêtement.

Cette saison, les pantalons bénéficient de longueurs ajustables, les vestes sont modulables et parfois reliées à des sacs à dos. Les boutons des pantalons sont quant à eux incassables et ce grâce à un ingénieux système breveté, que le créateur a mis au point au terme de laborieuses recherches. "Je moule mes vestes en cuir sur mon propre corps", confesse celui qui conçoit parfois ses propres procédés de confection ou de tannage, comme la teinture rouge au sang de porc testée il y a quelques saisons...



D'origine mi-allemande, mi-perse, Boris Bidjan Saberi travaille et produit ses collections depuis son atelier situé dans Poble Nou, l'ancien quartier industriel de Barcelone reconverti en hub pour jeunes sociétés créatives ou high tech.

Début 2013, il a présenté à Paris à son réseau d'acheteurs fidèles sa première collection capsule pour femme, et développé une vaste seconde ligne dédiée à un public streetwear, 11 (prononcer "Eleven"). Une seconde ligne de bagages et accessoires techniques pour 11 a été produite en collaboration avec la marques de sacs allemande Ortlieb.

Outre son engagement en terme de style, de confort et d’indépendance, BBS -comme l'appellent ses fans- fait l'objet d'un vrai culte de la part de ceux qui le portent. Mais aussi de ceux qui l'achètent, soit 85 points de vente sélectifs qui le plébiscitent fidèlement depuis ses débuts. Parmi eux, H Lorenzo à Los Angeles, Atelier à New York, The LN-CC à Londres, L’Éclaireur à Paris ou Darklands à Berlin.

"Nous ne cherchons pas particulièrement à développer notre réseau de points de vente, admet Boris Bidjan Saberi. Car il nous serait impossible de répondre à une demande plus grande". Une recherche d'investisseurs ne semble pas non plus lui offrir de perspectives satisfaisantes: "Pour avancer et créer, j'ai besoin de conserver toute mon indépendance et de travailler seul avec mon équipe, comme c'est le cas aujourd'hui."

Cette approche extrême et sans compromis fait de BBS un ovni bienvenu dans le paysage de la mode masculine. Les onze premières collections de Boris Bidjan Saberi ont d'ailleurs fait l'objet d'un ouvrage rétrospectif, The First Monograph, publié l'hiver dernier aux éditions Atlante.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com