×
Publicités
Par
AFP
Publié le
17 déc. 2014
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Brandalley fait appel de la décision de l'Autorité de la concurrence sur vente-privée.com

Par
AFP
Publié le
17 déc. 2014

Le site de vente en ligne événementielle Brandalley a annoncé ce mercredi son intention de faire appel de la décision de l'Autorité de la concurrence qui avait rejeté fin novembre sa plainte à l'encontre de son concurrent vente-privée.com.

Cyril Andrino, dirigeant de Brandalley


"Nous avons décidé de faire appel de cette décision car nous ne la comprenons pas. Nous sommes extrêmement déçus de constater qu'après 5 ans de procédure, d'un côté l'Autorité de la concurrence reconnaît que les exclusivités qui figurent dans les contrats que les marques signent avec Vente Privée, pourraient être considérées comme abusives mais d'un autre côté elle déclare qu'elle ne peut pas se prononcer parce que ses services d'instruction n'ont pas défini de façon assez précise le marché sur lequel Vente Privée est en position dominante", indique le PDG de Brandalley, Cyril Andrino, cité dans le communiqué du groupe.

Un dossier d'appel sera déposé dans les prochains jours auprès de la cour d'appel de Paris, a indiqué Brandalley.

Le groupe de Cyril Andrino avait saisi l'Autorité en 2009 - à l'époque Sven Lung, le fondateur, dirigeait Brandalley -, estimant que vente-privée.com abusait de sa position dominante sur le marché de la vente événementielle en ligne "en imposant aux grandes marques qu'elle distribue une clause d'exclusivité interdisant à ces dernières de commercialiser leurs stocks d'invendus auprès d'autres sites internet concurrents", verrouillant ainsi le marché.

L'Autorité avait jugé le 28 novembre que l'"existence d'un marché de la vente événementielle en ligne tel que délimité dans la notification des griefs et pour la période visée (2005-2011) n'est pas établie".

Elle avait par ailleurs estimé que plusieurs autres acteurs comme les magasins d'usine, les réseaux physiques ou numériques de déstockage, participaient également au marché de la vente événementielle, et étaient ainsi susceptibles d'exercer une pression concurrentielle sur la vente de ce type de produits et donc de contrebalancer l'influence exercée par vente-privée.com.

Pour ces raisons, L'Autorité ne pouvait donc pas définir s'il y avait ou pas abus de position dominante sur la période allant de 2005 à 2011, mettant de fait, fin à la procédure.

Elle ajoutait toutefois avoir toujours quelques "interrogations" sur les clauses de partenariat et d'exclusivité auxquels certains des fournisseurs de vente-privée.com étaient soumis.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2023 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Tags :
Distribution