×
Par
AFP
Publié le
1 janv. 2013
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Bulgari dans le collimateur de la police financière

Par
AFP
Publié le
1 janv. 2013

ROME, 31 déc 2012 (AFP) - La police financière italienne soupçonne la célèbre marque de luxe Bulgari, propriété depuis 2011 du groupe français LVMH, de fraude fiscale pour un montant d'environ 70 millions d'euros, une accusation qualifiée de "grotesque" par le groupe, a rapporté lundi la presse de la péninsule. Selon les policiers, "les bénéfices de Bulgari auraient (...) transité à travers une série de sociétés basées en Irlande et au Luxembourg", pays où les impôts sont plus faibles qu'en Italie, écrit le quotidien romain Il Messaggero.

"En envoyant les bénéfices à l'étranger et en laissant les pertes en Italie, Bulgari aurait réussi à économiser environ 70 millions d'euros non versés au fisc italien", ajoute le journal. La presse ne précise pas les années d'exercice concernées par le contrôle fiscal, mais l'actuel patron de Bulgari, Francesco Trapani, affirme que le groupe "a toujours respecté les règles fiscales en Italie et à l'étranger".

Dénonçant "les dizaines et dizaines de contrôles fiscaux" subis par Bulgari ces dernières années, Francesco Trapani a qualifié, dans des déclarations au quotidien Corriere della Sera, de "grotesques et infondées" les accusations de la police, assurant que tous les contrôles s'étaient achevés "par la reconnaissance que nous avions agi correctement". "Nous avons besoin d'un État fort contre l'évasion fiscale mais aussi d'un peu de bon sens qui permette à ceux qui respectent les règles de continuer à travailler", a ajouté Francesco Trapani.

Il a dirigé Bulgari de 1984 jusqu'au printemps 2011 quand la société a été rachetée par LVMH, puis il est revenu à la tête du groupe italien en 2012 pour assurer un intérim. "Des critiques similaires nous avaient été adressées déjà dans le passé (...) sur la même période, à savoir à partir des années 2006. L'affaire s'est achevée en 2011 avec la démonstration que nous avions raison. Quel sens y a-t-il maintenant à recommencer tout à zéro?", a conclu Francesco Trapani.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.