×
Publicités
Publié le
1 oct. 2008
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Bulgari dévoile son flagship parisien

Publié le
1 oct. 2008

Les boutiques de luxe deviennent de véritables temples. Des surfaces à rallonge, une architecture toujours plus spectaculaire, elles voleraient presque la vedette aux trésors qu’elles abritent. Le nouveau paquebot Bulgari amarré sur l’avenue Georges V, à l’angle de la rue François Ier, est de celles-ci. Ouverte depuis le 22 septembre, elle s’impose comme le nouveau fief parisien de l’empire transalpin.


Coupole à l'entrée de la boutique Bulgari avenue Georges V

Avec quelque 1 500 mètres carrés d’accueil, cette quatrième implantation dans la capitale représente de loin sa plus grande d’Europe. Une volonté, selon Francesco Trapani, directeur général du groupe italen, de réaffirmer « la présence et la visibilité de la marque Bulgari à Paris ». Et dans les faits, seulement trois ans après une deuxième ouverture place Vendôme, le joaillier s’offre un flagship dans un des quartiers du luxe les plus prisés de la capitale à l’heure actuelle.

Conçu en interne, l’espace mâtiné de modernité réinterprète les codes de la maison, avec pour maître mot le raffinement. Le verre, le marbre, le chêne, autant de matériaux chers à Bulgari, se déploient ainsi sur les deux niveaux de vente. L’escalier en cuivre, creusé de contremarches lumineuses, témoigne toutefois du nouveau concept architectural que le transalpin inaugure dans les nouvelles boutiques.

Quel que soit l’étage, la maison a voulu magnifier la mise en scène de ses collections. Elles suivent un agencement audacieux basé sur le principe du « twin shop ». L’idée ? Deux entrées à l’architecture propre, l’une sur la rue François Ier, l’autre sur l’avenue Georges V pour créer deux espaces distincts. Concrètement, chacune s'ouvre sur une facette de l’univers Bulgari pour les faire se rejoindre à l’intérieur. La première guide le visiteur vers l’espace joaillerie et l’horlogerie, où les pièces s’exposent à sa vue sans cérémonial ni attente. L’autre se focalise sur les accessoires.


Rez-de-chaussée de la boutique Bulgari avenue Georges V

Et si l’Italien se place numéro trois mondial de la joaillerie, derrière Richemont et LVMH, il réaffirme ici encore ses ambitions de diversifications. Preuve en est, la place qu’il leur a consacrée au sein de sa boutique étendard. Près de la moitié de l’espace est dédiée aux collections de maroquinerie, aux lunettes et autres petits accessoires.

Une offre totale qui a généré l'année dernière près de 1,1 milliard d’euros de chiffre d’affaires via les 252 boutiques référencées au 30 juin dernier - 155 étant gérées en propre - et le vaste réseau de distributeurs sélectifs sur lequel s’assoit Bulgari.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com