×
Publié le
4 sept. 2013
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Cache Cache compte bien plus de magasins en Chine qu'en France

Publié le
4 sept. 2013

Ce jeudi soir 5 septembre, le groupe Beaumanoir lance en grande pompe au Pavillon Gabriel à Paris le résultat de la première collaboration stylistique de son enseigne Cache Cache avec M. Pokora sous le nom Oôra. Une collection d’une quarantaine de pièces créées par l’artiste et mise au point par le distributeur.

Jérôme Drianno


Pour Jérôme Drianno, directeur général de l’enseigne, c’est le début d’une relation à moyen terme entre l’artiste et l’enseigne. Surtout, elle reflète bien la stratégie qu’entend poursuivre Cache Cache face à ses concurrents. "Nous avons toujours cherché à promouvoir une dimension plaisir, ludique dans nos magasins, souligne-t-il. Nous avons, ce qu’on pourrait appeler, le jeu dans nos gènes. En clair, nous devons faire vivre des expériences à nos clientes. Et cette collaboration avec M. Pokora entre bien dans cette histoire".

Celui-ci insiste aussi sur un positionnement en symbiose entre celui de l’enseigne et ce que souhaitait faire M. Pokora. "Oôra cible les femmes de 18 à 35 ans. Chez Cache Cache en gros, le cœur de cible est 20/30 ans". Et de souligner que l’enseigne réfléchissait depuis un moment à faire bouger son offre, notamment de cette manière.

Il en attend évidemment une nouvelle dynamisation des ventes à un moment où la consommation est à la peine en France. Jérôme Drianno admet une saison d’été "complexe", des soldes corrects et un recul au final sur la période (à fin août) par rapport à 2012 en se situant dans la tendance du marché.

Surtout, Cache Cache aujourd’hui est devenue une entreprise très internationale où l’Asie, et même la Chine seule, pèse davantage en nombre de points de vente que le pays d’origine. L’enseigne compte en effet 800 unités en Chine et 50 autres en Asie (une vingtaine aux Philippines, une dizaine en Indonésie, etc.). "Nous engageons des investissements très importants dans cette région du monde, l’Asie, où l’objectif est d'ouvrir 200 magasins par an. Le groupe Beaumanoir a une filiale en Chine. Il se développe sur le modèle français avec des succursales dans les emplacements phares et en franchise un peu partout. Aujourd’hui, en Chine, sur les 800 unités, les franchises commencent à devenir majoritaires", souligne Jérôme Drianno.

Le magasin de Vélizy


L’entreprise y a le même positionnement mass market qu’en France. Avec la même cible de proximité, la même approche souriante de la distribution, la même générosité selon le mot de Jérôme Drianno. Même si évidemment Cache Cache admet adapter une partie du style et certains fittings.

L’ampleur des investissements en Chine, doublée de la crise en Europe, ont conduit à des revirements sur le Vieux Continent. Cache Cache est sorti de Pologne. En Italie, une vingtaine de points de vente ont fermé sur les 50 qui avaient ouvert. En Espagne, qui comptait 40 unités, il y a eu aussi des fermetures.

En France même, la priorité aujourd’hui n’est pas à l’élargissement du parc, mais à sa rénovation. "Nous sommes à la recherche d’implantations premium pour ouvrir notamment des points de vente plus grands, souligne Jérôme Drianno. L’enseigne rénove aussi nombre de points de vente. Elle vient de rouvrir celui du centre commercial de Vélizy 2 le week-end dernier en y appliquant le même concept qui avait été installé à la Part-Dieu à Lyon, qui se veut plus qualitatif.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2023 FashionNetwork.com

Tags :
Distribution