×
Publié le
3 janv. 2017
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Captain Tortue Group stoppe sa marque enfant pour se recentrer sur la femme

Publié le
3 janv. 2017

Le groupe français Captain Tortue, fondé par Philippe et Lilian Jacquelinet sur le créneau de la mode enfantine en 1993, se concentre dorénavant sur la mode féminine. Spécialiste de la vente à domicile avec ses 3 500 conseillères de vente, l'entreprise a été acquise en 2011 par L Capital, le fonds, bras armé de LVMH et du groupe Arnault (désormais nommé L Catterton après sa fusion avec le fonds Catterton).


Collection Little Miss Captain, automne-hiver 2016-17 - Captain Tortue


Même si l'enfant est son point de départ, Captain Tortue a décidé d'arrêter à l'été 2016 sa marque historique, Capt'n Tortue - devenue Little Captain en 2014 -, qui habillait garçons et filles. La faute à un marché de l'enfant plutôt morose en France.

Se recentrant donc sur son offre féminine, le groupe mise tout d'abord sur Miss Captain, sa marque phare initiée en 2003, au style classique et casual. S'y ajoute Miss Captain Trend, une ligne propulsée en 2014, à l'esprit urbain et créateur. La troisième griffe féminine du groupe, Little Miss Captain, s'autorise plus de fantaisie, avec des coupes et des imprimés présentés comme audacieux. Une collection pour petites filles (de 4 à 10 ans) perdure néanmoins au sein de cette marque, mais il ne s'agit que d'une déclinaison des modèles femme et la communication n'est pas portée sur ce créneau. Cette offre enfant est d'ailleurs presque invisible sur le site du groupe.  Enfin, le dernier label de la société est Java Séduction, marque de lingerie acquise en 2009 par le groupe tricolore.


Java, collection automne-hiver 2016-17 - Java


Captain Tortue conserve son modèle de distribution, basé sur un réseau de conseillères vendant les produits directement au domicile des clientes lors de réunions. Et justifie ce choix : « Avec le développement des achats sur Internet et la multiplication des échanges immatériels, le consommateur en a perdu ses repères. Il cherche à être rassuré et à tisser de nouveaux liens autour de lui. D’où son besoin de revenir à l’essentiel : un contact humain et convivial avec son acheteur ». Selon la marque, il se tient 256 ateliers de ce type par jour en moyenne.

En 2015, le groupe, qui revendique une base de 600 000 clientes, s'est doté d'un nouveau siège de 7 400 mètres carrés à Aix-en-Provence. Il a généré un chiffre d'affaires de 66 millions d'euros en 2015, dont 15 % à l'export (dans neuf pays). Et vise les 68 millions d'euros de ventes en 2016.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com