×
Publicités
Publié le
19 juil. 2017
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Cardo Paris ou le maillot de sport chic

Publié le
19 juil. 2017

« Pourquoi être moche et mal équipée à la piscine ? » : c'est cette question trottant dans la tête d'Emmanuelle Cardosi, nageuse assidue, qui a fait naître la marque Cardo Paris. Lancée d'abord comme marque de bonnets de bain, proposant une alternative aux modèles inconfortables et inesthétiques, la griffe a attaqué le segment du maillot il y a trois ans. Grâce au bouche-à-oreille chez les sportives d'eau, elle s'est faite une place et est même désormais sollicitée par d'autres marques.


Collection 2018 Cardo Paris, photographe Pierre Anthony Allard


Cet été, ce sont ainsi quatre de ses maillots féminins recolorisés qui constituent la capsule plage de Fusalp, donnant un bel éclairage sur l'histoire et le savoir-faire Cardo. Un nouveau co-branding, pour le marché américain cette fois, est également en préparation pour 2018, avec les clubs de sport et spas de la chaîne Canyon Ranch.

Si elle est vendue en France dans les boutiques Anima Athletica et les spas de la chaîne Accor, la marque a surtout mis l'accent sur le marché américain cette année, depuis l'arrivée d'une associée new-yorkaise aux côtés d'Emmanuelle Cardosi, Bérangère Lion. Elle a notamment développé un système de trunk-shows (ventes événementielles, ndlr) dans les piscines haut de gamme américaines, pour populariser la marque parisienne. Mais Cardo compte bien se renforcer en Europe, en cherchant des agents français et avec l'appui d'un premier distributeur en Espagne.

Mais c'est avant tout l'e-shop qui fait figure de point de vente principal pour la marque qui a désormais ses fidèles. Des nageuses conquises par les atouts de maillots à la fois pensés pour le confort, sans étiquette qui gratte, facile à enlever avec de grands zips et séchant très vite, mais aussi esthétiques. La ligne est épurée, les modèles les plus sportifs se font très graphiques, tandis que les modèles plus mode associent à la fois propriétés techniques et élégantes découpes dans le dos ou le décolleté.

Des modèles fabriqués en Italie et vendus au public entre une soixantaine d'euros pour le maillot le plus simple et plus de 200 euros pour le plus travaillé, tandis que les deux modèles masculins sont eux commercialisés en dessous des 90 euros.

« Il y a un vide absolu sur le marché. Avec un rapport qualité/prix comme le nôtre et un design élaboré avec du vécu, c'est une belle histoire qui ne fait que commencer ! », conclut sa fondatrice, qui dans une première vie avait été responsable de la communication pour des entreprises comme Alexandre de Paris, Studio Harcourt ou Euro Disney, avant de se lancer dans le grand bain.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com