×
6 855
Fashion Jobs
GRAIN DE MALICE
Contrôleur de Gestion Achats Textile H/F
CDI · MARCQ-EN-BARŒUL
BONS BAISERS DE PANAME
Chef de Produit Maroquinerie et Chaussures / Coordinatrice de Collection
CDI · PARIS
VAN CLEEF & ARPELS
Retail Analyst
CDI · PARIS
UNIQLO
Agent de Sécurité et de Prevention Des Pertes - Uniqlo Lyon Carnot
CDI · LYON
ORCHESTRA PREMAMAN
Traffic Manager H/F
CDI · SAINT-AUNÈS
PALLAS
Attaché Commercial
CDI · PARIS
CITY ONE
Superviseur H/F Chief Happiness Officers Bilingues Anglais à l’Aeroport d'Orly en CDI
CDI · PARIS
Z
Contrôleur de Gestion Opérationnel H/F
CDI · SAINT-CHAMOND
AMERICAN VINTAGE
Chargé(e) de Projets CRM (H/F)
CDI · SIGNES
HERMES SERVICES GROUPES
Responsable Services Logistique Manutention et Propreté H/F
CDI · PANTIN
HERMES SERVICES GROUPES
CDI - Data Manager Fournisseurs (f/h)
CDI · PANTIN
HERMES DISTRIBUTIONFRANCE
Responsable Recrutement H/F
CDI · PARIS
FASHION CONSULTING
Charge de CRM
CDI · PARIS
CCLD RECRUTEMENT
Directeur Régional Retail (H/F) - Centre
CDI · TOURS
MODELOR COUTURE
Studio Manager
CDI · PARIS
SINTEL RECRUTEMENT
Responsable Normalisation Luxe PAP Femme H/F
CDI · PARIS
CHRISTOFLE
Expert E-Commerce
CDI · PARIS
LIVY
Acheteur Junior H/F
CDI · BOULOGNE-BILLANCOURT
PRINTEMPS
Manager Des Ventes Mode Homme (ph) H/F
CDI · PARIS
CONFIDENTIEL
Responsable de Gestion RH, Finances et Administration
CDI · PARIS
APPROACH PEOPLE
Manager Des Ventes (H/F) CDI à la Rochelle (17)
CDI · LA ROCHELLE
APPROACH PEOPLE
Business Developer Junior H/F
CDI · PARIS
Publicités

Cartier, le "roi des joailliers" au Grand Palais

Par
AFP
Publié le
today 2 déc. 2013
Temps de lecture
access_time 3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

PARIS, 02 déc 2013 (AFP) - Un imposant collier de Maharajah, le diadème porté par Kate Middleton à son mariage, des "pendules mystérieuses": avec environ 600 bijoux créés du XIXe siècle aux années 1970, la plus grande exposition jamais consacrée à Cartier démarre mercredi au Grand Palais à Paris. Cartier, "joaillier des rois et roi des joailliers", proclame Edouard VII d'Angleterre en 1902, un peu plus de cinquante ans après la naissance de la maison (1847). L'exposition, qui démarre avec de précieux diadèmes, montre la variété des styles Cartier à travers le temps (inspiration Marie-Antoinette, Art déco, inspirations russe, indienne, chinoise etc) et quelques illustres clients.


Ainsi l'imposant collier du Maharajah de Patiala, assez grand pour couvrir son torse avec ses cinq chaînes serties de diamants. "Il est arrivé à Paris en 1928 avec des caisses de bijoux anciens et a demandé à Cartier de les remonter dans un style plus moderne", raconte à l'AFP Pascale Lepeu, conservatrice de la collection Cartier. Cette pièce a été retrouvée en 1998. Quinze ans avant, la maison Cartier avait décidé de racheter des pièces historiques, dans les enchères et chez les antiquaires. A l'exception de certains prêts, la plupart des bijoux exposés appartiennent ainsi à Cartier.

La reine d'Angleterre, elle, a prêté un diadème halo créé en 1936. Il avait été acheté par George VI pour son épouse, qui l'a offert à sa fille pour ses dix-huit ans, la future Elizabeth II. Ce diadème, composé de 739 diamants taille brillant et de 149 diamants taille baguette, a été remis en lumière en avril 2011: Catherine Middleton l'a porté pour son mariage avec le prince William. Autre prêt de la reine Elizabeth II: un exceptionnel diamant rose de 23,60 carats, monté en broche fleur par Cartier et qu'elle avait reçu en cadeau de mariage.

Les "Pendules mystérieuses", dont dix-huit sont pour la première fois réunies, sont un autre clou du spectacle. "C'est la quintessence de Cartier", pour Pascale Lepeu. La première a été créée en 1912. Il fallait alors presque un an pour les fabriquer. Leur "mystère", elles le tirent de leurs aiguilles, en diamant, qui semblent suspendues dans le vide, comme en apesanteur.

Le joaillier vit aujourd'hui "un âge d'or"

La bague de fiançailles, en diamant taille émeraude, de la princesse Grace de Monaco est également exposée, aux côtés d'extravagants bijoux de l'actrice mexicaine Maria Felix, tel son collier serpent, fait de 2.473 diamants et d'émeraudes. L'exposition se clôt sur la célèbre panthère Cartier. En platine, or blanc et diamant, elle pose majestueuse sur un cabochon de saphir.

"C'est émouvant de voir réunies plus de 600 créations", a dit à l'AFP le président de Cartier, Stanislas de Quercize. "Nous sommes aujourd'hui dans un âge d'or: on n'a jamais autant créé (...) et il y a beaucoup de demandes du monde entier", explique-t-il.

Numéro un mondial de la joaillerie et numéro deux de l'horlogerie, Cartier est l'un des symboles du luxe français, d'Amérique en Asie. Ses ventes ont pesé plus de 4 milliards d'euros l'an dernier et pourraient approcher les 5 milliards cette année, selon les estimations. Cartier compte plus de 300 boutiques dans le monde, outre celle de la Rue de la Paix aux abords de la Place Vendôme à Paris, temple de la haute joaillerie mondiale.

Comme ses concurrents, Cartier s'est notamment développé depuis une bonne décennie grâce aux ventes à la clientèle chinoise, qui assurerait aujourd'hui près d'un tiers du chiffre d'affaires de la marque, locomotive du groupe de luxe suisse Richemont (Van Cleef & Arpels, Mont Blanc, Baume & Mercier, Vacheron Constantin, IWC, Piaget, Jaeger-LeCoultre...). Jean-Paul Cluzel, président de la Réunion des musées nationaux, devance d'éventuelles critiques: "L'exposition n'est pas la promotion d'une marque, mais l'analyse d'un style par une équipe de conservateurs du patrimoine et d'historiens de l'art", écrit-il dans le catalogue.

Par Caroline TAIX

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.