×
Publicités
Par
Les echos
Publié le
27 févr. 2012
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Casino rejette l'offre des Galeries Lafayette sur Monoprix

Par
Les echos
Publié le
27 févr. 2012

Casino et les Galeries Lafayette, co-actionnaires de Monoprix, ont mis sur la place publique la semaine dernière leur désaccord sur la valorisation de l'enseigne de centre-ville.
Selon un protocole d'accord, les Galeries Lafayette peuvent exercer une option de vente de leur participation depuis le 1er janvier 2012. Mais les grands magasins estiment cette part de 50% à 1,95 milliard d'euros, tandis que Casino la valorise à 700 millions seulement, un chiffre très éloigné de l'évaluation de 1,225 milliard d'euros figurant dans ses comptes au 31 décembre 2010.

« Si les Galeries Lafayette confirment leur souhait de vendre leur participation dans Monoprix, Casino se portera acquéreur, conformément à ses engagements au titre du protocole, au juste prix de l'actif », réaffirme Casino lundi.
Pour sortir de l'impasse, Ginette Moulin, dont la famille détient 100% du capital des Galeries Lafayette, avait offert début février au PDG de Casino, Jean-Charles Naouri, de lui vendre ses 50% au prix de 1,35 milliard -représentant la moyenne des deux offres-ou de lui racheter sa part, à ce prix.
C'est cette dernière proposition qui était examinée par le conseil de Casino réuni pour approuver les comptes du distributeur, dont les résultats annuels seront publiés mardi matin.
Casino avait déjà fait savoir samedi dernier qu'il n'était nullement vendeur de sa part dans Monoprix, un actif stratégique pour le groupe.
« Le conseil a approuvé à l'unanimité des administrateurs présents ou représentés, à l'exception de Philippe Houzé, (président du directoire des Galeries Lafayette et PDG de Monoprix) qui n'a pas pris part au vote (...) la position exprimée qu'une cession de la participation de Casino dans Monoprix serait contraire aux intérêts de Casino », a encore indiqué le groupe dans un communiqué.
Le prix de 1,35 milliard représente 9,1 fois l'Ebitda 2011 (hors dette) de Monoprix, estime Casino qui compare ce chiffre à un multiple de 5,7 fois « pour les principales sociétés cotées européennes du secteur » (Casino, Carrefour, Tesco, Ahold, Delhaize, Sainsbury et Marks & Spencer).

Les Echos avec Reuters

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 Les Echos