×
5 485
Fashion Jobs
Publié le
5 sept. 2011
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Chaussure: les nouvelles dates des salons divisent

Publié le
5 sept. 2011

Alors que les salons de la Porte de Versailles délaissent septembre pour juin-juillet, une certaine appréhension semble avoir gagné les professionnels de la chaussure. Entre collections non finalisées, peur d’un chevauchement avec les soldes ou encore doute sur la réelle attractivité du futur grand rendez-vous, FashionMag.com est allé à la rencontre des exposants et visiteurs du salon Mess Around. (lire également notre interview du fondateur du salon sur ces changements).


Le salon Mess Around

"C’est une bonne chose", assure d’entrée Christophe Mortemousque, président de Palladium, soulignant que ces dates anticipées vont permettre aux marques d’avoir plus tôt des informations sur les produits à effectuer. "C’est le calendrier que nous suivions déjà". Quant à l’alignement des tarifs sur ceux de Who’s Next, elle ne semble pas poser problème. "Ce n’est pas le prix du mètre carré qui compte, c’est le dynamisme du salon".

Un avis partagé par Nathalie Longuemare, directrice des achats-ventes du groupe Dresco (Les Tropéziennes, Elite Models Fashion Paris, Roadsign...), qui prévient cependant: "Il se peut qu’après la 1ère année nous réduisions notre surface d’exposition". Le processus de création, de son côté, ne devrait pas être pris de court par les dates nouvelles. "Nous travaillerons juste plus tôt en amont afin d’avoir nos prototypes prêts".

Responsable comptes clés chez Aigle, Jean Guyon voit de son côté le salon atterrir au beau milieu d’une période lourde. "Cela tombe juste après nos séries de séminaires, toujours suivies d’une période très riche en rendez-vous", explique-t-il. "Et je doute que ces changements dopent la fréquentation. Et quand bien même, les clients se donneront toujours jusqu'à la rentrée pour se décider".

Les dates de soldes au cœur des inquiétudes

Côté détaillants, le ton est tout aussi sceptique. "L’ambition est très bonne", assure Christophe Salmon, responsable gestion du groupe Garant, qui regroupe 10 000 détaillants indépendants d’Europe. "Mais hors poids lourds, la plupart des fournisseurs ne seront pas prêts. Je ne vois pas l’intérêt de se déplacer pour voir seulement quelques exposants enfant et luxe qui seront prêts. Cela va renforcer les showrooms régionaux".

Mais au centre des inquiétudes, ce sont surtout les soldes qui reviennent. Les nouvelles dates devraient en effet correspondre au premier jour de la période. "On doit s’attendre à ce que des détaillants renoncent à leur présence", insiste de fait Christophe Salmon. Avis partagé par Nathalie Longuemare, qui rappelle que certains ouvrent même le lundi dans cette période.

Un doute que partage également Jacques Royer. Président du groupe éponyme, géant français du négoce de chaussures, il avait été le premier à pousser Mess Around à se dérouler en janvier plutôt qu’en mars. Et pourtant: "Ma seule inquiétude se porte sur les soldes", explique-t-il. "C’est là pour moi le problème qui pourrait entacher les ambitions de la Porte de Versailles". Et c’est aussi là un problème qui, outre la chaussure, se posera l’an prochain à l’ensemble des professionnels exposants ou détaillants de la Porte de Versailles.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com