×
5 961
Fashion Jobs
Publicités
Par
AFP
Publié le
14 juin 2008
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Christian Lacroix et la photo : de la mode, pas trop, et Arles "sans corrida"

Par
AFP
Publié le
14 juin 2008

PARIS, 14 juin 2008 (AFP) - Le couturier Christian Lacroix, commissaire invité des prochaines Rencontres de photographie d'Arles, montrera "de la mode, mais pas autant qu'on peut le penser", avec de la couleur, du rêve, et la ville d'Arles "sans gitanes ni corridas".


Christian Lacroix - Photo : Bertrand Langlois/AFP

"Franchement, je n'avais pas envie de mettre des Andalouses, des toreros et les derniers top models à la mode", dit le couturier dans un entretien à l'AFP, en évoquant le programme d'expositions de photographies qu'il a concocté pour la 39e édition des Rencontres d'Arles (8 juillet - 14 septembre).

"On s'y attend. Il y aura de la mode par la force des choses, mais moins qu'on peut penser. J'aime davantage les mégots de cigarettes photographiés par Irving Penn, qui est pour moi le premier, que ses photos de mode. J'aime ceux qui ont su traverser le miroir", dit-il.

Pour "la mode aussi. Dans le vêtement, le rapport au corps, à la nudité, à la vanité, à l'érotisme, me touche davantage que la coupe, la tendance, la mode pour la mode ou le bling bling", ajoute-t-il.

Son programme d'exposition "n'avance pas de thème précis. Quand je fais une collection, je donne des images, des directions. Rien ne cristallise et deux jours avant le défilé, je me dis c'est de ça dont j'ai voulu parler !

"Pour Arles, je me suis rendu compte qu'il s'agissait des vanités, ces vanités du XVIIe siècle avec les crânes sur les tables qui disent un jour, ça va passer tout ça. Cela parle de la disparition de l'amour, des gens qui s'en vont. La photo est un lien éternel avec ça".

Le "fil rouge, c'est le lien entre Arles, la photo et moi. Comment on passe des photos que je voyais, enfant, quand on me baladait dans les cimetières où il y avait des photos des petits enfants morts, reproduites sur des plaques de porcelaine. Comment de cela, on arrive au choix de l'adulte, avec son dernier coup de cœur pour une photographie d'aujourd'hui".

Il y aura "des choses très colorées" de Guido Mocafico, les "magnifiques images de Pierre Gonnord sur les gitans qui sont pour moi comme des Velasquez ou des Caravage, l'onirisme à la Peter Pan" de Tim Walker.

"J'ai fait la liste de mes coups de cœur, les récents et ceux de toujours", poursuit le couturier. "Irving Penn le premier, Mario Testino c'est un copain, Grégoire Alexandre avec qui je travaille ou Grégoire Korganow que je vois dans les défilés. Ce sont des noms qui, pour une raison ou une autre, appartiennent à mon quotidien, depuis cinquante ans".

De plus, "je ne voulais pas que les Rencontres d'Arles passent au dessus des Arlésiens mais qu'au contraire, ils se sentent conviés, convoqués, investis".

Le célèbre Arlésien, par voie de presse, a fait appel à ses concitoyens "pour qu'ils veuillent bien nous prêter leurs photos de mariage". Des autochromes retrouvés, des images d'archives évoquant les bombardements, la Libération à Arles, seront exposées pour la première fois.

"Enfant, je demandais toujours comment c'était, avant ?. J'aimais la photographie parce qu'elle me permettait de remonter le fil de la vie de ceux que j'aimais", dit-il.

"Je crois que longtemps, je n'ai pas aimé être au monde. J'ai vécu par procuration, par les magazines et la photo", ajoute le couturier qui, depuis 50 ans, découpe des photos dans les magazines, fait des collages, assemble des images qui lui servent aujourd'hui à imaginer ses modèles.

Par Fabienne FAUR

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.