×
Publicités
Publié le
17 févr. 2013
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Christian Wijnants remporte la finale du Woolmark Prize

Publié le
17 févr. 2013

Après un an de sélection au niveau international ayant abouti à une shortlist de six candidats issus de six régions du monde, le Woolmark Prize a consacré Christian Wijnants, finaliste européen, comme le grand gagnant de l’édition 2013. Le créateur bruxellois basé à Anvers remporte 100 000 dollars australiens - soit plus de 77 000 euros - et la collection capsule qu’il a présentée à Londres samedi soir se verra distribuée à la rentrée prochaine chez Harvey Nichols, Bergdorf Goodman, 10 Corso Como, Joyce, David Jones (Australie) et Eickhoff Königsallee (Allemagne), partenaires du prix.

A l'issue de la précédente finale régionale, une première bourse de 50 000 dollars australiens avait permis à Christian Wijnants de produire sa collection finale pour Woolmark. Une bonne nouvelle n'arrivant jamais seule, le créateur fera dans quelques jours son grand retour sur les podiums de la semaine des créateurs de Paris avec sa 21e collection en date, dans les salons de la mairie du IVe.

Christian Wijnants, entouré de Nathalie Massenet et Stuart McCullough (patron de Woolmark)


Nathalie Massenet, qui entame sa première saison en tant que chairman du British Fashion Council, a ouvert samedi soir à Londres la cérémonie officielle avec un jury VIP comprenant Victoria Beckham, Donatella Versace, Diane von Furstenberg, Franca Sozzani (Vogue Italia) et Tim Blanks (style.com). "Christian a inventé une silhouette nouvelle et l’a rendue possible grâce à un procédé industriel, a salué Franca Sozzani à l’issue du grand verdict. Ses modèles – cinq pièces, 80 à 100% laine – sont seyants, féminins et sexy, une interprétation moderne de la laine".



La marque Woolmark, propriété de l’association Australian Wool revendiquant plus de 27 000 membres, a renforcé cette année son dispositif de promotion et son prix, en lançant une grande campagne internationale avec l’industrie du luxe, son client historique le plus fidèle. L’organisation a ciblé les médias grands publics dont le magazine Vogue, l’un des (très) nombreux partenaires médias du Woolmark Prize cette année.

Lors de sa création dans les années 50, la compagnie Woolmark – alors baptisée International Wool Secretariat – avait pour mission de défendre les intérêts de la laine face à l’émergence de la fibre synthétique. Aujourd’hui, elle mise sur le caractère naturel et durable de son produit toujours menacé : "Les jeunes consommateurs nés dans l’heure du prêt-à-consommer ne comprennent pas assez les bénéfices naturels de la laine", rappelle l’association sans nommer son ennemi, préférant judicieusement souligner que la laine est "100% naturelle, biodégradable et renouvelable". Sans oublier de rappeler aux plus novices que "les moutons vivent d’herbe, d’eau, de soleil et d’air frais".

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com