×
5 542
Fashion Jobs
CELIO
Responsable Compensation &Amp; Benefits H/F
CDI · SAINT-OUEN
EDEN PARK
Chargé(e) de Marketing Opérationnel et Communication Événementielle (H/F)
CDI · PARIS
EDEN PARK
Chargé(e) de Marketing Opérationnel et Communication Événementielle (H/F)
CDI · PARIS
GOYARD
Coordinateur Retail Europe H/F
CDI · PARIS
LOUISE MISHA
Chef de Projet E-Commerce et CRM
CDI · PARIS
AXENTIA
Directeur.Trice du Recrutement
CDI · LEVALLOIS-PERRET
LA MAISON GOOSSENS
Chef de Projet Industrialisation / Production – CDI - H/F
CDI · PARIS
FURSAC
Directeur.Rice Regional.e - CDI H/F
CDI · PARIS
SMCP
Responsable Affaires Réglementaires & Qualité H/F
CDI · PARIS
ERAM
Coordinateur E-Commerce H/F
CDI · MONTREVAULT-SUR-ÈVRE
GROUPE IKKS
International Traffic Manager - SEA Sma - CDI (H/F)
CDI · SÈVREMOINE
SCHOOL RAG
Commercial Prêt-À-Porter Femme Paris - Ile de France - Nord (H/F)
CDI · PARIS
ALEXEIN CONSEIL
Responsable Marketing
CDI · PARIS
MUSTELA
un(e) Juriste & Dpo
CDI · PARIS
BALENCIAGA S.A.S.
Balenciaga – Juriste Droit Des Affaires et Droit Des Contrats (f/h)
CDI · PARIS
BALENCIAGA S.A.S.
Balenciaga –Financial Controller Corporate (f/h)
CDI · PARIS
LUNETTES POUR TOUS
Responsable Régional (H/F) (39h)
CDI · PARIS
JUINJUILLET
Responsable Ressources Humaines Retail (H/F)# Mode Premium #Recrutement
CDI · PARIS
GROUPE PRINTEMPS
Chef de Projet Transverse IT H/F
CDI · PARIS
BALMAIN
Interface / Implant Logistique Balmain H/F
CDI · FERRIÈRES-EN-BRIE
AGENCE KEIT
Responsable Client Grand Compte
CDI · PARIS
POLÈNE
Traffic Manager (Data et SEA)
CDI · PARIS
Publicités
Auteur :
Publié le
3 oct. 2014
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Christophe Bezu (Esprit) : "Les mouvements de protestation à Hong Kong auront peu d'impact sur le retail"

Auteur :
Publié le
3 oct. 2014

Christophe Bezu, en charge chez Esprit de la zone EMEA, a passé plus de 20 ans chez Adidas en Asie à des postes clés, dont celui de patron de la zone Asie-Pacifique. En fin connaisseur, il livre ses impressions sur Hong Kong, où il se rend d’ailleurs la semaine prochaine au siège financier d’Esprit, qui est coté à la bourse de Hong Kong.


Christophe Bezu



FashionMag.com : Nous recevons beaucoup d‘informations concernant les mouvements à Hong Kong et leur impact sur le luxe. Quel est votre regard sur la situation ?

Christophe Bezu : Dans le monde, il y a une demande forte pour plus de démocratie. Mais ces mouvements de protestation, ceux de Hong Kong, auront peu d’impact sur le retail. Il ne faut pas oublier qu’en Corée, au Japon, à Singapour et à Hong Kong par exemple, le shopping est un sport national. Je ne pense pas du coup que la distribution sera fondamentalement touchée. A mon avis, le mouvement ne va pas s’éterniser. Dans la culture asiatique, le sitting, la démonstration, etc... restent des cas particuliers.

FM : Vous, vous n’êtes pas inquiet. Mais, par exemple l’Oréal demande à ses cadres de ne pas se rendre à Hong Kong d’ici à ce lundi ?

CB : Ils appliquent les règles corporate qui sont les leurs. Mais, à Hong Kong, les manifestations ne sont pas comme celles que nous connaissons en Europe. Il s’agit souvent de sittings calmes et ils nettoient même la place après, c’est dire. Mais, personne ne sait prédire la suite. Pour les jeunes, les Chinois de Hong Kong ne sont pas les Chinois du continent. Et la situation politique, qui n’est pas nouvelle, peut aussi s’apaiser avec le temps et avec la fin des mandats politiques en cours. En 1997, lors du rattachement de Hong Kong à la Chine, de nombreux habitants souhaitaient partir et finalement sont restés en se disant que Hong Kong, c’est chez eux et pas l’Australie ou le Japon.

FM : Et pour la place financière ?
CB : Si Hong Kong ne joue pas le jeu, la place financière peut aller à Shanghai et c’est facile à déménager. Dans un certain sens, ils ont déjà commencé.

FM : Nous exagérons donc vu d’Europe ?
CB : Nous ne pouvons pas prédire l’avenir. Mais, c’est sûr, Hong Kong est la place financière de la région. De nombreuses griffes de luxe y ouvrent des magasins pour développer leur notoriété dans toute la zone. Ce sont des flagships image, souvent non rentables d’ailleurs.

FM : Du coup, quel peut être l’impact sur les ventes de luxe et de mode mass market ?
CB : Franchement, il faut minimiser la part de Hong Kong dans le business. En tant que patron de la zone chez Adidas, je regardais en premier les chiffres du Japon, de la Corée et de la Chine continentale. Les ventes réalisées à Hong Kong étaient évidemment dans mes chiffres mais ne pesaient pas si lourd que cela dans le business de la zone Asie-Pacifique.

FM : Certains groupes ne profitent-ils pas de la situation politique, comme de l’été indien en Europe d'ailleurs, pour expliquer leur baisse de régime dans la zone ?
CB : Je le dis depuis de nombreuses années : faites gaffe, le marché chinois va se normaliser. Avec plusieurs changements d’importance. L’offre y est beaucoup plus importante qu’il y a dix ans et elle est devenue en somme supérieure à la demande. La classe moyenne chinoise, que les spécialistes mettent en avant, est tout de même limitée en pouvoir d’achat. La pression sur l’immobilier commercial et celle sur le marché du logement sont très fortes. Depuis trois ans, certaines marques arrivent certes encore en parlant d’Eldorado. Le gouvernement chinois, avec son plan de développement, a besoin d’une croissance très forte comprise entre 6,5 % et 7,5 % du PIB. Ils étaient toujours bien au-dessus. Quand, avec une hausse de 6,8 %, on dit que cela va mal, c’est avant tout parce que cela entame la confiance des Chinois.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com