×
5 398
Fashion Jobs
Publié le
16 sept. 2013
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Christopher Kane: la fin de l'émergence

Publié le
16 sept. 2013

Christopher Kane a dévoilé lundi matin dans un immeuble désaffecté de l’Est londonien sa seconde collection depuis son rachat par le groupe Kering. Armée d’un nouveau CEO, Alexandre de Brettes, la marque a annoncé avant son défilé printemps-été 2014 qu’elle avait sécurisé l’emplacement de son tout premier flagship, sur Mount Street, avant la fin 2014. "C’est très important que cette boutique se trouve à Londres, compte tenu de notre identité et notre histoire", souligne Tammy Kane, deputy creative director et sœur du créateur. "C’est la première étape d’un nouveau chapitre pour Christopher Kane, se félicite de son côté Alexandre de Brettes, et cette boutique servira de plateforme marketing pour la griffe dans le monde entier".

Christopher Kane printemps-été 2014 (DR)



Le travail autour des fleurs brodées et certaines proportions ne sont pas sans rappeler les dernières collections de Raf Simons chez Dior... chez un autre groupe de luxe. Plus spécifiques au style Christopher Kane: légèreté, découpages et transparences, conjuguées à l'infini dans cette collection ultra riche - plus de cinquante silhouettes - essentiellement constituée de robes. L’imprimé floral, dont le créateur écossais s’est longtemps fait la spécialité, prend parfois une tournure plus "street" quand il se voit remplacé par de simples lettrages ("Petal" ou "Flower"), dédramatisant certains looks avec humour et modernité.

Christopher Kane a annoncé l'ouverture d'une première boutique pour 2014



"Je suis une fan de Christopher Kane, une fan inconditionnelle !" souriait Averyl Oates, ex-directrice des achats d'Harvey Nichols et désormais fashion director des Galeries Lafayette. "Une chose qu’il faut reconnaitre, c’est que Christopher est monté en sophistication, certainement aidé par l’investissement du groupe Kering, mais surtout parce qu’il est en train d’atteindre sa maturité", poursuit-elle. On imagine bien certaines robes portées dans la rue. "Il y avait vraiment beaucoup de pièces commerciales", salue Averyl Oates, pour qui cette collection démontre que "Londres n’est plus synonyme d'une mode émergente et fun, mais bien d’une industrie sérieuse où le business a toute sa place". Et la présence d'Anna Wintour au premier rang du défilé Christopher Kane ne contredit pas ce constat.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com