×
3 122
Fashion Jobs
Publicités

Cipo&Baxx veut séduire les femmes

Publié le
31 mai 2012
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

En 2012, Cipo&Baxx veut pousser les feux sur le marché français. Après une année 2011 de transition qui a vu le jeanneur germano-turc finaliser le déménagement de ses locaux de 700 m² au Bourget vers une structure de 1 300 m² à Gonesse (95) le groupe nourrit de fortes ambitions. "Nous avons réalisé 4 millions d’euros de chiffre d’affaires avec la marque, sans compter notre activité de Private Label que nous avons par ailleurs, explique Gökhan Kurnaz, responsable France de Cipo&Baxx. Et en 2012 nous tablons sur 10 millions d’euros avec l’ambition d’atteindre le niveau du marché allemand où le groupe réalise 40 millions d’euros, dans les cinq ans. On avait un problème logistique". En France la marque, spécialiste du "pronto" ne référençait en effet que 800 pièces alors qu’à présent c’est plus de 2 200 modèles qui sont proposés.


Cipo&Baxx veut mettre l'accent sur sa proposition féminine. Photo Cipo&Baxx


"Cela nous permet de nous adresser à des créneaux différents du marché, de proposer plus de couleurs et d’aller plus loin que notre savoir-faire denim en allant sur du chino par exemple, précise le responsable. Nous étions aussi sous-développés dans la femme. Grâce à nos nouveaux locaux nous pouvons développer la gamme".

La marque, qui cible une clientèle de 18-25 ans et annonce près de 500 points de vente multimarques dans l’Hexagone, réalise aujourd’hui près de 20% de son chiffre d’affaires auprès de la gent féminine et compte atteindre la parité homme-femme dans les prochaines saisons. En Italie, c’est d’ailleurs la femme qui représente 60% de son activité. La marque a ainsi multiplié son offre féminine mais aussi intégré des accessoires et de la chaussure.

Pour progresser sur le marché français, Cipo&Baxx s’attèle à un autre projet pour la saison printemps-été 2013. "Nous lançons une collection en pré-commande, révèle Gökhan Kurnaz. Nous n’abandonnons pas du tout notre façon de travailler. Nous estimons que le travail à flux tendu reste la plus rentable avec des stocks très légers pour les multimarques. Mais les détaillants n’ont pas tous encore la culture du pronto. Nous leur proposons donc un modèle qu’ils connaissent". Une fois la confiance établie, le jeanneur entend convaincre ces multimarques de l’intérêt de son système pronto.

Enfin, dernier projet majeur de la marque pour cette année: implanter un point de vente pilote à Paris. La marque, qui entend se doter des vitrines dans les capitales européennes, recherche un espace de 150 mètres carrés à forte visibilité pour présenter ses collections et son univers.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 FashionNetwork.com