×
Publié le
6 janv. 2014
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Civissum: une jeune marque aux références "géographiques et urbaines"

Publié le
6 janv. 2014

Dans un marché de l’habillement réputé sinistré, et pas seulement en France, il y a encore de la place pour une bonne idée et de la détermination. C’est un peu ce qui est arrivé en 2013 à une jeune marque, Civissum, avec seulement des t-shirts et des sweats.

Vous ne connaissez peut-être pas la marque. Mais vous n’êtes sans doute pas passé à côté des textes couvrant leurs vêtements. Le directeur artistique de Civissum, Nithsaya, et ses deux associés, Hugo Levrier et Areski Boulem, ont mis en scène la fameuse phrase prononcée par John F. Kennedy à Berlin en 1963. Soit Ich bin ein Berliner.

La formule se décline avec les Etats américains (mais que pour les Etats-Unis !)


Seulement, avec Civissum, cette phrase s’est déclinée en ich bin ein Newyorker, ich bin ein Pariser, ich bin ein Hongkonger, etc.. Et, en six mois, ça a fait un tabac. Au point d’atteindre sur la période plus de 100 000 euros de chiffre d’affaires !

Comme souvent à Paris, le succès a commencé chez Colette rue Saint-Honoré. Sensible à la nouveauté et à l’initiative et référençant régulièrement des produits pour son rez-de-chaussée street à prix abordables, en l’occurrence 40 euros le t-shirt, Colette a installé Civissum sur ses portants.

Ont suivi le site l’Exception et MK2 Bibliothèque à Paris, des boutiques en Italie, en Hollande, à Dubaï, et une quarantaine de boutiques au Japon. Pour l’anecdote, la formule la plus vendue est ich bin ein Pariser !

La sérigraphie est réalisée en Bretagne, les étiquettes en Auvergne… Et les T-shirts viennent d’Asie. Civissum s’appuie sur cinq villes principales et a créé des modèles spéciaux comme Bangkok et Singapour.

Pour autant, les jeunes chefs d’entreprise entendent installer la marque dans la durée. Ils font cette saison deux salons: le Seek à Berlin, où Civissum était déjà présent la saison dernière, et Capsule à New York.

Dans la ville allemande, Nithsaya, à titre individuel, a déjà été l’invité du magazine Wad au Bread & Butter lors d’une précédente édition. Mais l’idée pour Civissum était de privilégier une plus petite entité. A Capsule NY, il s’agit évidemment de toucher le marché américain.

Pour ces salons, la marque a élargi son offre. Notamment le t-shirt ich bin ein Pariser s’enrichit en fond d’un coq tricolore avec l’introduction du bleu blanc rouge. Jusqu’à présent, les produits sont seulement en gris, blanc ou noir.

A New York, l’offre intègre une ligne mettant en avant les Etats américains, du genre ich bin ein Florider avec à chaque fois un visuel rappelant l’Etat lui-même. Cette série est réservée aux seules boutiques américaines. Civissum propose aussi des top bags, des bonnets.

"Aujourd’hui, nous sommes bien conscients que nos produits sont d’abord des accessoires, explique le directeur artistique, Nithsaya. Notre idée est que la marque apparaisse comme un état d’esprit".

Unisexe, le produit Civissum est pour celui-ci déclinable à l’infini ou presque, en mettant en avant des quartiers, des artistes, etc. Avec une vocation déjà bien entamée: être le plus international possible.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com