×
Publicités
Par
Les echos
Publié le
31 août 2008
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Clarins : les effets de change pèsent sur les résultats

Par
Les echos
Publié le
31 août 2008

Les résultats du groupe de cosmétiques Clarins sont fortement affectés par l'effet négatif de l'évolution des taux de changes au premier semestre 2008, ainsi que par un arrêt de licence de parfums d'importants efforts de promotion.



Avec un chiffre d'affaires en baisse de 1,8 %, à 485,7 millions d'euros, le résultat d'exploitation du groupe plonge à 27,8 millions d'euros au premier semestre, en baisse de 32 % sur un an. Le résultat net part du groupe perd, quant à lui, 34,6 % à 24 millions d'euros. Les taux de changes défavorables ont fortement pesé sur les comptes de la société.

Mais, hors effets de changes, le chiffre d'affaires est en progression de 4,1 %, grâce à l'activité produits de soins de beauté. De même, le résultat d'exploitation recule de 6,6 % seulement. Le groupe attribue aussi cette mauvaise performance aux "efforts consentis pour la promotion des ventes, à la faiblesse relative de l'activité parfums et à la mise en place d'une nouvelle structure". L'"arrêt de la licence des parfums Stella Cadente" a également pesé sur les comptes, précise un communiqué.

Malgré la baisse de ses résultats, le groupe de cosmétiques maintient ses prévisions. Il prévoit ainsi une hausse de 4 % (hors effets de changes) de ses ventes pour l'ensemble de l'exercice 2008, un taux qui s'inscrit toutefois dans le bas de la fourchette qu'il avait dévoilée en début d'année. La "morosité du marché des cosmétiques" et "le ralentissement général de l'économie mondiale" continueront d'affecter Clarins. "Les résultats continueront d'évoluer défavorablement compte tenu de la volonté du groupe de poursuivre sa politique d'investissements et de l'évolution défavorable des parités monétaires", prévient en outre le communiqué.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2023 Les Echos