×
Publicités
Par
Les echos
Publié le
25 juil. 2007
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Colgate-Palmolive vise une croissance à deux chiffres de son bénéfice par action pour 2007

Par
Les echos
Publié le
25 juil. 2007

Le géant américain des produits d'hygiène a dégagé au 2e trimestre un bénéfice par action hors exceptionnels de 84 cents contre 72 cents il y a un an. Les analystes tablaient en moyenne sur 83 cents par action.


Dentifrices appartenant à Colgate Palmolive

Colgate-Palmolive a vu son bénéfice croître un peu plus fortement que prévu au deuxième trimestre. Le challenger de Procter&Gamble, connu, outre pour les produits à sa propre marque, pour les marques Ajax ou Palmolive, a dégagé un profit net de 415,8 millions de dollars, ou 76 cents par action, contre 283,6 millions de dollars ou 51 cents un an plus tôt. Hors éléments exceptionnels, le bénéfice par action a progressé à 84 cents contre 72 cents il y a un an, tandis que les prévisions des analystes n'excédaient pas 83 cents par action en moyenne.

Le géant américain de la grande consommation - le groupe est présent sur les produits d'hygiène personnelle, les produits bucco-dentaires et la nourriture pour animaux domestiques - est actuellement au milieu du gué, en ce qui concerne la réorganisation annoncée en 2004, prévue sur quatre ans.

Et si l'effet base est aujourd'hui favorable à ces performances ( la charge liée aux restructurations est cette année moins importante que celle qui avait été passée au deuxième trimestre 2006), la firme peut également être satisfaite de ventes en nette hausse. Le chiffre d'affaires ressort ainsi à 3,4 milliards de dollars, soit une hausse de 13 % sur un an, pour des attentes moyennes de 3,3 milliards de dollars.

Le groupe, qui est depuis le début de ce mois dirigé par un nouveau patron, Ian Cook, vise "une croissance à deux chiffres" de son bénéfice par action.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 Les Echos