×
Publicités
Traduit par
Paul Kaplan
Publié le
27 oct. 2017
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Columbia Sportswear : l'Europe tempère le repli américain

Traduit par
Paul Kaplan
Publié le
27 oct. 2017

Le groupe de sport américain Columbia Sportswear continue de récolter les fruits de ses bonnes ventes en Europe au cours du troisième trimestre de son exercice. De bons résultats tempérés par un déclin de ses ventes en gros aux États-Unis, son premier marché.
 

États-Unis : un troisième trimestre au beau fixe pour Columbia Sportswear - Columbia Sportswear


L'équipementier sportif a annoncé que ses ventes se sont établies à 747,4 millions de dollars (642,1 millions d'euros) au troisième trimestre de son exercice, qui s'est achevé le 30 septembre. Soit une très légère augmentation par rapport à la même période l'an dernier, où les ventes nettes s'étaient élevées à 745,7 millions de dollars (640,7 millions d'euros). Le bénéfice net a augmenté de 5 %, pour atteindre 87,7 millions de dollars (75,3 millions d'euros).

Le groupe, qui possède les marques Columbia, Sorel, prAna et Mountain Hardwear, a précisé que le chiffre d'affaires en Europe a progressé de plus de 20 % (87,5 millions de dollars pour la zone EMEA), dans la distribution en gros comme dans son réseau de vente directe. D'autre part, les ventes nettes ont augmenté de 8 % au Canada, de 9 % en Amérique latine, en Asie et en Australie. Mais ces bons résultats ont été obscurcis par un déclin de 6 % aux États-Unis, où les ventes ont atteint 456 millions de dollars (391,8 millions d'euros) en raison de la chute des ventes en gros.

« Nous sommes ravis de publier des résultats meilleurs que prévu, notamment une croissance continue de nos ventes en gros en Europe et de détail aux États-unis, mais aussi sur tous nos marchés à l'international, a précisé le PDG de Columbia, Tim Boyle, dans un communiqué. Si notre système commercial est encore en cours d'adaptation aux profonds changements structurels à l'oeuvre aux États-Unis, l'amélioration de notre rentabilité en dehors du pays prouve la solidité de notre stratégie dans le monde. »

Si on s'attarde plus précisément sur les marques du groupe, Columbia est la seule à annoncer des ventes dans le vert : elles ont augmenté de 2 %, pour atteindre 598,3 millions de dollars (514 millions d'euros), tandis que celles de Sorel ont chuté de 7 %, à 81,7 millions de dollars (70,2 millions d'euros), et celles de prAna ont baissé de 3 %, à 36,8 millions de dollars (31,6 millions d'euros). Mountain Hardwear a lui aussi vu ses ventes reculer de 4 %, à 29,4 millions de dollars (25,3 millions d'euros).

Plus tôt dans l'année, Columbia a remanié sa structure de direction, en ajoutant les fonctions de président à celles de directeur général assurées par Tim Boyle. Tom Cusick a quant à lui été nommé vice-président exécutif et directeur de l'exploitation, parmi d'autres promotions et nominations. Ce remaniement fait partie d'une évolution organisationnelle lancée au premier trimestre 2017.

La stratégie, baptisée « Project Connect », a pour but de stimuler la croissance des ventes en gros et au détail des marques du groupe, notamment en améliorant leurs performances digitales et leurs canaux de vente directe.

Au regard de ses neufs premiers mois d'activité, le groupe de sport américain s'attend désormais pour l'ensemble de son exercice 2017 à un résultat d'exploitation compris entre 243 et 252 millions de dollars (entre 209 et 216 millions d'euros), contre des prévisions initiales comprises entre 193 et 200 millions de dollars (entre 166 et 172 millions d'euros). Les ventes annuelles devraient pour leur part enregistrer une hausse d'environ 3 % par rapport à 2016 et atteindre 2,38 milliards de dollars (2,04 milliards d'euros).

« Nous sommes très heureux de renouveler nos perspectives financières pour l'année entière, qui incluent désormais les coûts anticipés du Project Connect. D'autre part, au vu des précommandes pour le printemps 2018, nous sommes optimistes concernant notre croissance à l'international et nous espérons un retour de la croissance de notre commerce de gros aux États-Unis dès la première moitié de l'année 2018. »

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com