×
6 292
Fashion Jobs
Publicités
Publié le
11 juin 2014
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

De Beers s'attend à une demande soutenue en 2014

Publié le
11 juin 2014

Johannesburg, 11 juin 2014 (AFP) - Le leader mondial du diamant De Beers table sur une hausse de 4 à 4,5 % de la demande de diamants polis pour la joaillerie cette année, portée par la reprise américaine et les marchés chinois et indien, a indiqué mercredi son PDG Philippe Mellier.

"L'économie mondiale ne va pas toujours très bien mais on a la chance d'avoir (...) un développement des classes moyennes qui fait que notre industrie ne s'en sort pas mal. La demande continue à grandir", a-t-il exposé, dans une interview à l'AFP, ajoutant que les pays acheteurs sont en bonne santé actuellement.

Photo : De Beers Jewellery


"Le premier marché mondial pour la joaillerie de diamants, ce sont les États-Unis et tout le monde sait que les États-Unis reprennent. Quand la bourse et l'immobilier remontent comme c'est le cas aujourd'hui après la grosse crise, il y a plus d'argent disponible et les Américains dépensent", a souligné Philippe Mellier.

"Le deuxième marché, la Chine, est beaucoup plus petit, mais croît très vite et compte aujourd'hui pour 12 à 13 % de la demande mondiale (en incluant Hong Kong et Macao, ndlr). On a de plus en plus de Chinois qui accèdent à un pouvoir d'achat qui leur permet d'acheter des bijoux en diamants en particulier quand ils se marient", a-t-il ajouté. De Beers parie aussi sur un "bon voire très bon second semestre en Inde", devenu un "gisement potentiel important pour la demande de diamants".

L'Inde "a longtemps été un marché de bijoux en or, souvent vendus au poids, mais depuis quelques années, le diamant fait vraiment des incursions dans la bijouterie et ça marche très bien", a souligné Philippe Mellier qui se félicite en outre de l'arrivée au pouvoir du nationaliste hindou Narendra Modi, ancien gouverneur du Gujarat. Cet État abrite de nombreux ateliers de polissage, et Narendra Modi passe pour "un fervent défenseur d'une industrie qu'il connaît bien, l'industrie diamantaire", dit-il.

Fondé en 1888 en Afrique du Sud, De Beers est l'une des sociétés très rentables du géant minier britannique d'origine sud-africaine Anglo American, devenu actionnaire à 85 % en 2012. Le groupe De Beers a dégagé l'an dernier un bénéfice opérationnel total d'un milliard de dollars, plus du double de 2012 (+112 %).

Le prix des diamants bruts, après un pic spéculatif courant 2011, s'est stabilisé depuis le début 2013, selon Philippe Mellier tandis que la production de De Beers repartait à la hausse (+12 % en 2013 à 31,2 millions de carats) après une baisse en 2012.

De Beers, dont le gouvernement du Botswana possède 15 %, ne publie plus de rapport financier séparé depuis l'exercice 2013, un changement consécutif au rachat par Anglo American des 40 % du capital du diamantaire sud-africain, qui appartenaient historiquement à la famille Oppenheimer.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com