×

Dior inaugure les défilés de mode sous la nef du Grand Palais

Par
AFP
Publié le
today 4 oct. 2005
Temps de lecture
access_time 2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

PARIS, 4 oct 2005 (AFP) - Dior a inauguré mardi soir à Paris les défilés sous la nef du Grand Palais rénové, le premier du genre en attendant Chanel vendredi et Yves Saint Laurent dimanche, avec une collection presque modeste, comparativement à l'édifice.


"Short" de dentelle noire sur un ensemble couleur chair, création de John Galliano pour le prêt-à-porter printemps-été 2006 de Dior
Photo : François Guillot

Robes couleur chair imprimées de dentelle noire, vestes de cuir noir ou effets ruisselants sur des trenchs et maillots de bain. John Galliano, créateur emblématique de la maison, se serait-il assagi ?

Progressivement, son anticonformisme refait surface avec une série travaillée sur l'envers, où la construction armurée d'un manteau ou d'une jupe devient visible, sans doute en rappel à l'immense structure de verre du Grand Palais.

Puis arrivent les robes en organza qui commencent à avoir des convulsions dans le bas, imitées par un somptueux manteau en cuir tabac. Enfin robes et jupes deviennent de véritables petits trésors d'architecture entre gaufré et smocké. Le chair pendant ce temps se dilue pour mieux rencontrer jaunes, violets et verts plus joyeux.


Un modèle Dior par John Galliano collection printemps-été 2006 - Photo : François Guillot

L'actrice américaine Sharon Stone, nouvelle ambassadrice de la griffe pour un produit de beauté, rayonnait au premier rang.

Bernard Arnault, PDG du groupe Dior (qui regroupe Christian Dior Couture et le groupe LVMH), était particulièrement "fier d'être la première maison à occuper le Grand Palais avec son architecture extraordinaire".

Il a critiqué ceux qui "s'inquiètent de la mondialisation", estimant qu'"en France on a tendance à l'autoflagellation".

"Dior et surtout Louis Vuitton embauchent du personnel dans leurs ateliers en France. On critique le luxe alors que c'est un domaine qui a le plus de réussite. On fabrique en France avec des artisans français, on vend aux Chinois et en plus on gagne de l'argent!", s'est-il exclamé.


Un modèle Marithé&François Girbaud collection printemps-été 2006 à Paris - Photo : Pierre Verdy

Un peu plus tôt dans la journée, il flottait un air de printemps chez Marithé et François Girbaud, temple du jean et de la technique, avec ces robes blanches décorées ou pas de fleurs multicolores et déambulant dans un décor de jardin labyrinthe en plexiglas.

Ce n'est pas pour autant le retour aux années hippies. La technique Girbaud est toujours là : "marcel" en dentelle laser ou en bas des jupes, légèreté des cotons et lourdeur de la toile, froissés permanents et envolées de rubans, cuirs comme de la peau etc, pantalons gypsy brodés strass diamants.

Mercredi, ce sera au tour de Lagerfeld Gallery, Emanuel Ungaro, Givenchy, Rochas et Dries Van Noten de présenter leur version de l'été 2006.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.