×
Publié le
21 juil. 2017
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Duvetica en quête d’investisseurs pour sortir de la crise

Publié le
21 juil. 2017

Rien ne va plus pour Duvetica, la marque de doudounes italienne qui enquillait les croissances à 30 % il y a encore quelques années. Plombé par la hausse des coûts et la baisse de ses ventes, le label a demandé à être placé sous concordat préventif. Une procédure de sauvegarde, similaire au redressement judiciaire français, lui permettant de poursuivre son activité tout en négociant avec ses créanciers.

La marque de doudounes s'adresse à toute la famille - Duvetica


Les deux sociétés du groupe, Duvetica Industrie et Duvetica retail, ont déposé leur demande à la mi-mai auprès du tribunal de Trévise et de celui de Venise. L’entreprise a jusqu’à la mi-octobre pour présenter un plan industriel.

« Cette procédure de concordat en continuité nous protège, le temps de trouver des solutions. Nous sommes déjà en discussion avec des investisseurs pour restructurer l’entreprise », a indiqué à FashionNetwork.com Stefano Rovoletto, l’un des fondateurs et directeur général de Duvetica.

Née en 2004 à Mogliano Veneto, près de Trévise, Duvetica avait réussi à émerger en quelques années dans le secteur très compétitif des doudounes, en misant sur un concept de mono-produit sans logo de qualité. Très reconnaissable avec ses duvets doux et légers aux couleurs intenses et brillantes, le label a vite connu le succès, engageant d’importants investissements. Il a ainsi recruté l’architecte star japonais Tadao Ando pour la réalisation de ses boutiques et de son showroom.

« La marque marchait très bien, mais nous ne sommes parvenus à maintenir le cap avec nos plans de développement en raison de la baisse des ventes et la hausse des coûts engendrés par l’ouverture des magasins monomarques. Deux éléments qui ont eu un impact négatif sur nos comptes », poursuit-il.

Duvetica avait notamment explosé au Japon, son premier débouché, suivi par les marchés de langues allemandes, l’Europe, l’Italie, la Chine, la Russie et les Etats-Unis. En 2013, elle dénombrait près de 2 500 revendeurs dans le monde, y compris dans l’Hexagone avec plus d’une cinquantaine de clients, forte d'un chiffre d’affaires de 34,8 millions d’euros. Tombé aujourd’hui à 22 millions...

Sur les six boutiques inaugurées ces dernières années, seules trois ont été maintenues - Tokyo, Kitzbühel et Milan, tandis que celles de Courmayeur, Sylt et Gstaad ont été fermées.

Selon la presse locale, Duvetica a procédé également en 2014 à l’acquisition d’un prestigieux édifice en Vénétie pour réaliser son siège. Un projet qui « n’a rien à voir avec l’activité de la marque », tranche Stefano Rovoletto. 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com