×
Publié le
16 oct. 2014
Temps de lecture
4 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Eddy Anemian : "La dimension d’H&M m'a donné des moyens énormes pour réaliser ma collection"

Publié le
16 oct. 2014

Une dotation de 50 000 euros, mais aussi une capsule tirée de sa collection gagnante, c'est ce qu'a remporté Eddy Anemian en janvier dernier en même temps que le H&M Design Award. De cette expérience particulière de tirer une capsule commerciale de sa collection à l'esprit couture, le Français fraîchement diplômé de La Cambre a tiré des enseignements qu'il expose à FashionMag.com. Alors que sa mini-collection arrivera dans une sélection de magasins H&M et sur l'e-shop le 23 octobre, il évoque également les rêves nourris par ce premier concours remporté...

Eddy Anemian observe l'un des modèles de sa capsule pour H&M. Photo : H&M.


FashionMag.com : Comment s’est déroulée la retranscription de la collection qui vous avait permis de remporter le concours H&M Design Award ?
 
Eddy Anemian :
En fait, il s’est agi de retrouver en dix pièces l’essence de ma collection, en conservant ses parti pris créatifs tout en la rendant évidemment plus commerciale. Cela a été un vrai jeu d’équilibre. Au départ, j’ai présenté cinq silhouettes pour le concours. Une fois gagnant, j’ai dû préparer un défilé à la fashion week de Stockholm, il fallait naturellement raconter une histoire plus longue. Donc, j’en ai tiré dix-neuf looks. Une histoire qu’il a fallu réduire de nouveau à dix pièces, en s’appuyant sur les points clés, à savoir les effets textiles de volants, de bandes de tissu effiloché et, bien sûr, la dégaine.
 
FM : Cette traduction commerciale n’a-t-elle pas été trop frustrante ?

EA : Non ! D’abord parce que j’ai travaillé avec une équipe plus que rodée à l’exercice des capsules. C’était fou de penser qu’avant moi, l’étudiant, ils avaient travaillé avec Comme des Garçons ou Isabel Marant, et au même moment avec Alexander Wang ! Ils ont toujours visé juste dans leurs propositions de matières, de finitions, tout en me laissant le dernier mot à chaque fois, une expérience géniale à 24 ans ! Je trouve le rendu final fidèle à ce que j’avais dessiné initialement, et je suis très content du fait que les prix rendent mes créations accessibles au plus grand nombre (de 25 à 250 euros pour la pièce la plus forte de la capsule, la jupe fleurie jaune effilochée, NDLR).
 
FM : Vous revendiquez un univers plutôt couture, ne craigniez-vous pas la confrontation avec un "mastodonte" comme H&M ?

EA : Il y avait peut-être une légère appréhension, mais j’ai vite compris que la dimension d’H&M allait me donner des moyens énormes pour réaliser la collection. Le budget pour la capsule rendait presque tout possible techniquement ! J’ai même pu aller moi-même faire les essayages chez le fabricant de la capsule, à Shanghai… Et surtout, contrairement à ce que j’aurais pu penser, le nom "H&M" ne pèse pas du tout. Dans la communication, mon nom à moi est autant mis en avant que celui de la marque. C’est d’ailleurs assez extraordinaire les retombées presse mondiales que génère cette capsule, je ne m’attendais pas à tout cela…
 
FM : Justement, qu’allez-vous faire de cette mise en avant et de la dotation de 50 000 euros ?

EA : Je viens de terminer ma dernière année à La Cambre. Je suis actuellement en stage chez Christian Dior. J’ai envie de découvrir le fonctionnement de plusieurs maisons, après être passé chez Balenciaga l’an dernier. Mais mon idée est de monter rapidement ma propre marque, c’est évidemment un rêve auquel les 50 000 euros vont contribuer… Mais je me rends compte que, pour monter une première collection, organiser un premier défilé, cet argent va partir très vite. Donc pourquoi ne pas me relancer dans d’autres concours et me trouver des mécènes… Je suis un Français moyen si je puis dire, j’ai donc besoin de soutien financier dans ce que je vais entreprendre !

FM : Allez-vous surveiller de près l'impact de la capsule en boutiques ?
EA : Je suis très curieux de savoir qui va acheter quelle pièce, et de quelle façon les clientes les porteront, à leur manière ! Le jour de la sortie j'irai naturellement faire un tour dans les magasins à Paris, où la collection sera vendue, rue de Rivoli et sur les Champs-Elysées. Il y aura d'ailleurs une vitrine spéciale sur les Champs, j'irai certainement la prendre en photo et regarder ce qui se passe... Mais ce sera de courte durée, je serai à mon poste de stagiaire à 9 h 30, quoi qu'il en soit !

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com