×
Par
Les echos
Publié le
20 déc. 2006
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Escada a rempli ses objectifs opérationnels en 2006

Par
Les echos
Publié le
20 déc. 2006

Les performances de l'année 2005 avaient été exceptionnelles, Escada multipliant son résultat net par trois, à 14 millions d'euros, grâce à des réductions drastiques de coûts et à une légère hausse simultanée du chiffre d'affaires.


Escada

Elles apparaissent nettement moins bonnes pour l'exercice 2006 achevé fin octobre : le groupe de luxe, qui est implanté à Aschheim, près de Munich, a en effet vu son bénéfice net divisé par deux suite à des dépréciations d'actifs.

Le résultat  net part du groupe est tombé à 6,9 millions d'euros, contre 13,7 millions lors de l'exercice précédent, selon les chiffres préliminaires diffusés ce 20 décembre.

Quoi qu'il en soit, le fabricant allemand explique que cette chute n'est que la conséquence d'une charge exceptionnelle liée à un ajustement du compte de bilan et affiche sa satisfaction quant à ses performances opérationnelles : les ventes consolidées ont atteint 695,2 millions d'euros sur l'année, soit une progression de 7,2 % par rapport à 2005, supérieure aux 5 % attendus.

Sur le seul quatrième trimestre, l'activité a été soutenue, le chiffre d'affaires progressant de 10,3 % à 205,2 millions d'euros.

Dans le même temps, la marge brute a tout de même eu du mal à se maintenir au même niveau que l'année dernière mais l'excédent brut d'exploitation s'est amélioré de 13,8 % à 74,1 millions d'euros et reste au-dessus des prévisions à + 10 %.

Frank Rheinboldt, successeur de Wolfgang Ley, le PDG-fondateur, à la tête du groupe depuis dix mois, envisage l'exercice en cours avec optimisme. Le groupe annonce une nouvelle hausse de son chiffre d'affaires et une progression de l'Ebitda supérieure à celle des ventes.

A la Bourse de Francfort, le titre progressait de 1,5 % dans la matinée à 38 cents.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 Les Echos