×
Publicités
Publié le
16 nov. 2017
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Essentiel progresse sur tous les fronts

Publié le
16 nov. 2017

Pour profiter de la dynamique qui est la sienne actuellement, Essentiel multiplie les initiatives de développement à l'international. La marque mixte belge continue en effet son expansion et annonce des ouvertures de boutiques et corners en France, en Allemagne, en Chine, en Corée du Sud, aux Pays-Bas ou encore en Espagne, pays dans lequel elle reprend d’ailleurs sa distribution en direct.

La première boutique chinoise ouverte en septembre - Essentiel

 
« Sur le marché espagnol, nous reprenons notre distribution en main propre avec l'ouverture d’un showroom à Madrid, que nous avons confié à Macarena Vazquez », annonce ainsi Gérald Didnik, directeur commercial international de la griffe haut de gamme. « L'idée c'est de faire dans ce pays un travail semblable à ce qui a été fait en France ces dernière saisons, avec une approche multimarque plus sélective, en privilégiant des partenariats plus forts avec les revendeurs », explique-t-il.

Le nouveau bureau espagnol de la marque gérera également les corners que la marque s’apprête à ouvrir chez El Corte Inglés : cinq dès février, pour la saison printemps-été 2018, et cinq autres la saison suivante. Côté retail, Essentiel avait déjà ouvert récemment deux boutiques dans le pays à Marbella et Majorque, et cherchera de nouveaux emplacements.

Autre pays européen dans lequel la marque passe à la vitesse supérieure : l'Allemagne. Après avoir ouvert trois corners chez Kadewe cette année, Essentiel y ouvrira une première boutique en propre à Cologne le 10 décembre prochain. Une boutique mixte, la femme faisant pour une fois un peu de place à l'homme grâce à une belle surface de 120 mètres carrés sur Mittelstrasse. Un second emplacement est également recherché à Berlin.
 
La griffe, qui compte une bonne vingtaine de boutiques dans son pays, se développe aussi chez un autre de ses voisins, puisque les cinquième et sixième boutiques néerlandaises de la marque sont annoncées, à Utrecht en février et Rotterdam en mars.

En France, c'est un premier outlet que la marque va s'offrir (elle en compte déjà trois en Belgique, ndlr), à Romans-sur-Isère chez Marques Avenue, près de Valence, le 29 novembre prochain. La griffe poursuit par ailleurs les ouvertures de corners en grands magasins, mais cherche toujours un troisième emplacement parisien, dans le Marais cette fois.
 
Beaucoup plus loin de nous, le nouveau développement chinois de la griffe se poursuit. Représentée sur le canal wholesale par un distributeur, la griffe connue pour son style ludique en couleur et en fantaisie, surtout pour la femme, ouvrira également une seconde boutique à l'enseigne en janvier. Avec un partenaire différent de la première adresse monomarque inaugurée en septembre dernier à Guangzhou, elle s'installera cette fois dans un haut lieu du tourisme haut de gamme : l’île d’Hainan.

Enfin, en Corée du Sud, après avoir fermé quelques points de vente en pleine crise politique il y a un an, le partenaire de la marque rouvre de nouveaux lieux pour la saison actuelle et à venir. Des fermetures, il y en a eu quelques-unes au Moyen-Orient suite au désengagement du partenaire local. Mais le grand export est toujours bel et bien ciblé, la Russie connaissant actuellement un beau développement (120 revendeurs environ) et la marque jetant de nouveau un oeil aux Etats-Unis, un marché dont elle s'était retirée, mais qu'elle envisage de retrouver à moyen terme.

Une très forte activité sur beaucoup de territoires donc, qui permet à la marque de dégager de la croissance. Une nouvelle hausse des ventes est attendue pour 2017. Après avoir atteint 50 millions d’euros en 2016, le chiffre d’affaires de la griffe basée à Anvers devrait s'établir à 54 millions d’euros à la fin décembre. La rentabilité progresse aussi. « En quelques années, la marge EBITDA est passée de 5-6 % à 9,5 % », affirme Gérald Didnik. 

La croissance 2017 est notamment portée par des ventes wholesale de la collection printemps-été 2018 en hausse de 20 %. Aujourd’hui, la part du wholesale a été abaissée, en faisant un travail sur la sélectivité du réseau, comme précédemment évoqué, permettant à Essentiel de retrouver un business model plus équilibré autour de 50 % de wholesale et 50 % de retail.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com