×
Publicités
Par
AFP
Publié le
14 avr. 2016
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Etam : bénéfice net 2015 en hausse de 7 %

Par
AFP
Publié le
14 avr. 2016

Le distributeur français Etam a réalisé en 2015 un bénéfice net en hausse de 7 %, soutenue par la solidité de l'activité en France, notamment en lingerie, qui compense les difficultés en Chine, et ces tendances se poursuivent au premier trimestre 2016.


Undiz s'est offert un nouveau concept de magasin pour affirmer son identité mode


L'an dernier, l'enseigne d'habillement et de lingerie a enregistré un bénéfice net de 25,8 millions d'euros, contre 24,1 millions d'euros en 2014.

L'excédent brut d'exploitation (Ebitda) progresse de 11,7 %, à 95,4 millions d'euros, tandis que le résultat opérationnel courant augmente de 1,3 %, à 52,4 millions d'euros.

Les ventes annuelles, déjà publiées, ressortent en hausse de 6,2 %, tirées par l'activité en France (+5,1 %) et en Europe (+3,5 %) "principalement grâce aux activités Lingerie Etam et Undiz dans des conditions de marché difficiles", indique Etam dans son communiqué.

Le taux de marge brute du groupe a baissé de 0,3 point en 2015 à 58,7 % principalement du fait de démarques plus importantes en Europe et de la hausse du dollar américain sur le coût des marchandises.

La Chine reste, elle, difficile, devant principalement son retour dans le vert sur certains trimestres à l'appréciation du yuan par rapport à l'euro l'an dernier. Etam indique par ailleurs avoir fait le choix dans ce pays « de privilégier l'amélioration du taux de marge par rapport au volume d'activité ».

L'endettement du groupe au 31 décembre 2015 s'élève à 133,5 millions contre 116,6 millions d'euros un an plus tôt, Etam ayant notamment investi « dans l'évolution numérique de ses trois marques (...), le déploiement de leurs nouveaux concepts magasins et leur internationalisation ».

Sur le premier trimestre 2016, le chiffre d'affaires du groupe progresse de 0,9 % (+0,3 % à périmètre comparable), à 349,2 millions d'euros.

Les ventes en Europe apparaissent en hausse de 5,6 % (+1,3 % en comparable), à 226,9 millions d'euros, tirées par la France (+6,3 %, à 203,1 millions d'euros), alors que les autres pays européens reculent légèrement (-0,1 %).

Les différentes marques du groupe (Etam, 1.2.3, Undiz) « ont toutes réalisé de bonnes performances commerciales sur les mois de janvier et février, et des performances décevantes au mois de mars, principalement liées à une dégradation de la fréquentation en magasins pour l'ensemble de ces marques », précise Etam.

En Chine, la dépréciation du yuan affecte les ventes à hauteur de 3,2 millions d'euros sur les trois premiers mois de l'année. Le chiffre d'affaires dans cette zone recule de 6,8 % en publié, à 122,3 millions d'euros, et de 2 % hors changes, à 122,3 millions d'euros.

Pour le reste de 2016, Etam indique vouloir poursuivre son plan de transformation en Chine, pour ouvrir notamment davantage de magasins en centres commerciaux et se séparer des espaces non rentables (58 fermés en 2015), tout en développant le e-commerce.

« C'est un plan qui s'inscrit vraiment dans la durée et prendra donc plusieurs années avant d'être achevé » et de porter ses fruits, a expliqué Laurent Milchior, dirigeant d'Etam.

Le groupe compte également dans toutes ses zones se recentrer sur son activité de lingerie, le prêt-à-porter venant davantage en complément, sans être pour autant abandonné. Le concept « Undiz Machine », mêlant le numérique à un magasin de plus petite surface, sera développé, avec pour ambition d'atteindre les 12 points de vente « si possible d'ici la fin de l'année » contre 2 actuellement.

Enfin, l'enseigne 1.2.3 capitalisera, elle, davantage sur son image « mode » et sur un segment d'habillement « premium ».

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.