×
7 444
Fashion Jobs
keyboard_arrow_left
keyboard_arrow_right

États-Unis : le site de revente thredUP a réussi à lever 175 millions de dollars

Publié le
today 25 août 2019
Temps de lecture
access_time 3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Le site américain de revente en ligne thredUP a déclaré mercredi avoir levé 175 millions de dollars, qu'il utilisera pour étendre sa plateforme et proposer directement ses services de revente à des détaillants.



La semaine dernière, les chaînes de grands magasins J.C. Penney Company Inc et Macy's Inc. ont signé des partenariats avec thredUP, qui devrait leur permettre d'attirer des consommateurs plus jeunes et plus soucieux de l'environnement, tout en leur fournissant une sélection de vêtements et d'accessoires de seconde main.

J.C. Penney et Macy's font partie de ces détaillants traditionnels qui ont dû faire face à la concurrence féroce de la part de géants en ligne comme Amazon.com Inc et de détaillants à prix cassés comme Marshalls, du groupeTJX Cos Inc, ou T.J. Maxx.

James Reinhart, directeur général de thredUP, a déclaré à l'agence Reuters que son entreprise, créée il y a une dizaine d'années, est en "pourparlers" avec "des dizaines de détaillants" qui souhaiteraient pénétrer l'alléchant marché de la revente de vêtements, estimé à 24 milliards de dollars.

"De notre côté, notre discours est clair : on leur dit "Écoutez, vous avez besoin d'une stratégie pour rester à la page... si vous êtes un détaillant, vous n'avez pas d'autre choix que de participer au phénomène, sinon, un jour, vous allez vous réveiller et vous demander ce qui vous est arrivé", prévient James Reinhart.

Selon les estimations de Cowen & Co, Le marché de la revente en ligne va connaître une croissance 10 à 15 fois plus rapide que les enseignes de fast-fashion comme Zara, les grands magasins comme Macy's et les chaînes traditionnelles de vente à bas prix comme T.J. Maxx.

En plus de fournir des services en ligne et en magasin pour l'achat et la vente de vêtements d'occasion pour les détaillants et les marques, le financement servira également à améliorer la logistique interne et le marketing de thredUP, selon les dirigeants de la société. Les fonds réunis récemment porteront le total des capitaux levés par thredUP à plus de 300 millions de dollars (271 millions d'euros).

Selon son directeur général, thredUP consacre une grande partie de ses budgets publicitaires à Facebook et Google, en ciblant les consommateurs les plus sensibles à son offre. Désormais, l'entreprise se concentrera davantage sur la publicité à la télévision et sur les affichages extérieurs.

Comment ça marche ? Les consommateurs téléchargent l'application thredUP ou se rendent sur le site de revente et expédient ensuite leurs vêtements, sacs à main, chaussures et bijoux de seconde main de plus de 35000 marques, comme J.Crew et Old Navy. Les employés de l'entreprise reçoivent les articles, les traitent, s'assurent qu'ils sont en bon état, en fixent le prix de façon algorithmique, les photographient et les envoient aux acheteurs lorsqu'ils sont (re)vendus.

ThredUP revend les articles en appliquant une réduction qui peut aller jusqu'à 90% du prix de vente initial, et prend une commission sur chaque vente, explique l'entreprise, qui ne divulgue pas ses résultats financiers.
De janvier à juillet 2019, l'application thredUP a été téléchargée 578000 fois, en hausse de 71% par rapport à la même période de 2018, selon la société d'analyse SimilarWeb. Le nombre d'utilisateurs quotidiens actifs de l'application a atteint son point culminant en juillet dernier, avec 19000 visites.

La société compte actuellement cinq centres logistiques et prévoit d'en ouvrir un sixième d'ici la fin de cette année ou le début de l'année prochaine. D'ici la fin de l'année, thredUP aura ainsi traité 100 millions d'articles de seconde main.

© Thomson Reuters 2019 All rights reserved.