×
Publicités
Par
AFP
Publié le
20 févr. 2009
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Fashion Week : lamé, fluo et strass pour lutter contre la sinistrose

Par
AFP
Publié le
20 févr. 2009

NEW YORK, 20 fév 2009 (AFP) - Hormis quelques créateurs qui ont assorti leurs collections à l'humeur du moment, la "Fashion Week" qui s'est terminée vendredi 20 février à New York, a opté pour l'or, le fluo et la féminité souvent provocante pour lutter contre la sinistrose ambiante.


De gauche à droite : créations de Catherine Malandrino, Michael Kors et Diane von Furstenberg Photo : PixelFormula

En cuissardes ou chaussures à talons plus vertigineux que jamais, gantées de python jusqu'au-dessus du coude, le dos souvent nu et les épaules couvertes de cuir ou de renard argenté, les mannequins qui ont présenté pendant huit jours la mode automne-hiver 2009/2010 n'ont jamais eu l'air de femmes d'affaires stressées.

Mieux vaut ne pas penser à l'emploi, qui se réduit comme une peau de chagrin.

C'est donc à des cocktails que vont se rendre les "fashionistas" habillées par les dizaines de créateurs qui ont défilé à New York, de Catherine Malandrino à Akiko Ogawa, de Michael Kors à Oscar de la Renta, de Nanette Lepore à Jason Wu ou Narciso Rodriguez.

Plus sportive mais guère plus affairée, la présidente de l'Association des stylistes américains Diane von Furstenberg avait opté cette saison pour le nomadisme chic, avec des robes courtes en velours mordoré ou impressions léopard portées avec de longs manteaux mongols, des blousons à poils longs sur des jupes courtes, beaucoup de tricot et des superpositions de couleurs et d'imprimés assez hardies, coiffant les mannequins de chapkas en pompons de laine bariolés.


Création de Michael Kors (gauche) et Diane von Furstenberg (droite) - Photo : PixelFormula

Donna Karan a réalisé sa collection la plus réussie de ces dernières années, de l'avis unanime. Recourant au drapé qu'elle affectionne, elle a dessiné des silhouettes triangulaires longilignes, bien épaulées, finement ceinturées et avec des jupes droites sous le genou, ou des pantalons souples.

Les longs gants en fourrure évoquent des manchons, les robes sont impeccables, des vestes rouges ou violettes viennent égayer le gris et le noir dominants, et le choix de manteaux, qu'ils soient en tweed, en daim ou en fourrure, était le plus complet de cette "Fashion Week".

Comme Marc Jacobs, qui a choisi d'ignorer la crise économique avec une collection rétro-punk toute rose, jaune, vert et or, aux épaules carrées et aux jupes bouffantes, plusieurs autres stylistes ont opté pour la couleur et surtout pour le lamé or.

On a ainsi retrouvé de l'or en bandelettes chez Nanette Lepore, pour des manches ou des jupes chez Michael Kors, pour une robe ceinturée chez Catherine Malandrino.

Si les épaules rembourrées des années 80 sont de retour pour les vestes, les robes qui sont portées dessous sont souvent retenues d'un seul côté, une asymétrie joliment interprétée chez Malandrino avec une bretelle sur laquelle une main gantée et strassée est imprimée sur le tissu.

Même le roi du sportswear chic Ralph Lauren a cédé à la tendance à préférer les folles soirées aux mornes journées. Vendredi, juste avant la fermeture des portes, il a montré une scintillante collection de 55 pièces, essentiellement composée de robes du soir courtes ou longues, en satin ou soie sable et aux bustiers perlés, portées sous des peaux lainées brodées évoquant les manteaux afghans des années 70.

Et si les célèbres vestes en tweed du créateur américain étaient là, c'était pour réchauffer des jabots en tulle mauve ou pour accompagner des jodhpurs en satin crème.

La Première dame américaine Michelle Obama n'a pas pointé le bout de son nez, en dépit de la présence de deux créateurs dont elle a porté récemment des modèles, Jason Wu et Narciso Rodriguez, devenus subitement des vedettes.

Mais une proche de la "First Lady", originaire de Chicago et actuellement responsable des "relations mondaines" à la Maison Blanche, Désirée Rogers, a été vue cette semaine à plusieurs défilés.

Par Paola MESSANA

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.