×
Publicités
Par
AFP
Publié le
18 mars 2014
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Fast Retailing rompt les discussions pour acheter J. Crew

Par
AFP
Publié le
18 mars 2014

NEW YORK, 18 mars 2014 (AFP) - Le groupe japonais d'habillement Fast Retailing, propriétaire de la marque Uniqlo, a rompu les discussions avec l'enseigne américaine de prêt-à-porter J. Crew qu'il voulait acheter, a rapporté mardi le Wall Street Journal (WSJ).

Photo du site Internet J. Crew


Fin février, la presse américaine avait rapporté que Fast Retailing avait approché la direction de J. Crew pour un éventuel rachat.

Le groupe nippon n'aurait pas apprécié que les discussions, qui n'étaient encore qu'à un stade préliminaire, aient été rendues publiques par voie de presse, écrit le quotidien économique citant des sources proches du dossier.

Cette rupture des négociations pourrait toutefois n'être que temporaire, relève néanmoins le journal.

Il n'est pas non plus exclu qu'un tiers vienne jouer les trouble-fête en déposant une offre concurrente.

En attendant, J. Crew, qui réclamait 5 milliards de dollars à Fast Retailing, pourrait continuer ses préparatifs initiés en début d'année pour son entrée en Bourse, avance le WSJ.

J. Crew, qui compte plus de 400 magasins aux Etats-Unis, au Canada et au Royaume-Uni, avait dégagé un chiffre d'affaires de 2,4 milliards de dollars sur son exercice clos début février.

L'enseigne est détenue par les fonds TPG et Leonard Green & Partners qui l'avaient payée 2,8 milliards de dollars en 2010.

Fast Retailing emploie pour sa part plus de 23 000 personnes et affiche une capitalisation boursière d'environ 36,33 milliards de dollars. Outre Uniqlo, il est propriétaire des marques Comptoirs des Cotonniers, Helmut Lang ou encore Princesse Tam Tam, rappelle le Wall Street Journal.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2023 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.