×
Publicités
Publié le
9 juin 2011
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

FNH: Bernard Morvan a de grandes ambitions pour les indépendants

Publié le
9 juin 2011

Depuis janvier dernier, Bernard Morvan, 53 ans, détaillant à Provins, a pris la présidence de la Fédération Nationale de l’Habillement. Ses objectifs: booster le nombre d’adhérents et leur donner les meilleures armes face à la compétition actuelle. Il détaille à FashionMag.com comment il entend s’y prendre.


FashionMag : Quel est votre premier objectif ?
Bernard Morvan : Il faut que la Fédération accueille de plus en plus d’adhérents, notamment ces détaillants indépendants que sont les franchisés ainsi que les leaders français du détail. Nous avons commencé avec Sandra (Sandra Vassy, déléguée générale de la FNH Ndlr.) un tour de France des personnes à convaincre. Nous étions par exemple il y a quelques jours avec Jacques Vuillermet, multi détaillant à Chambéry et Lyon. Nous essayons aussi de sensibiliser les franchisés qui, même s’ils sont rangés derrière une enseigne, sont des commerçants indépendants de par d’ailleurs leur statut même. Nous nous adressons évidemment directement à eux. Mais nous avons commencé à rencontrer des patrons de réseaux pour les convaincre d’être prescripteurs. Nous avons rencontré par exemple Ulrich Hess, le patron d’Esprit France. Nous envisageons de rencontrer Roland Beaumanoir, le patron du groupe Beaumanoir (Cache Cache, Bonobo, Scottage, Morgan, etc.). Le but est de leur expliquer tout l’intérêt qu’ils auraient à être prescripteurs en encourageant leurs franchisés ou affiliés à adhérer à la FNH. Nous leur expliquons donc tout ce que nous pouvons leur apporter en termes de réglementation sociale ou autres.

Fédération Nationale de l'Habillement, Bernard Morvan
Bernard Morvan - Photo: Patrick Alves


FashionMag: Vous avez déjà beaucoup de franchisés parmi vos adhérents ?
Bernard Morvan: Presque 30% des adhérents font partis de réseaux aujourd’hui.

FashionMag: Qu’entendez-vous proposer aux adhérents ?
Bernard Morvan: Nous avons déjà mis en place une régionalisation avec des présidents de délégations régionales. Cela nous permet de coller plus au terrain. Nous développons en interne des commissions qui travaillent sur différents thèmes. Il y a par exemple la commission sociale, la commission réglementation. Une commission service aux adhérents travaille sur des contrats préférentiels avec des banques, des compagnies d’assurance, etc. Il y a dix jours une commission internet a été mise en place. L’objectif est d'expliquer cet outil aux adhérents et les accompagner s’ils le souhaitent dans la mise en place d’un site. Nous pouvons aller jusqu’à référencer des partenaires privilégiés pour par exemple faire un site. Dans ce cadre, nous n’excluons pas de travailler sur ces questions avec la Fédération des Entreprises de Vente à Distance (Fevad). Nous avons désormais aussi une commission communication. Elle porte sur la communication interne, mais aussi externe et vis-à-vis des médias.

FashionMag: Quelles sont vos autres priorités?
Bernard Morvan: Nous travaillons à la revalorisation des métiers de la branche, trop dévalués aujourd’hui. Nous travaillons ainsi à un kit pédagogique pour équiper les professeurs de 3ème. Ils disposent en effet de plusieurs heures pour présenter les métiers. Nous participons à l’association Projets Métiers Actions (qui regroupe des branches professionnelles souhaitant s’adresser directement aux enseignants dans le cadre du parcours Découverte des Métiers et Formations, ndlr). Une phase expérimentale est en cours dans la région Centre. Évidemment nous sommes toujours très mobilisés contre les projets de centres de marques à prix réduits. Il y en a 26 aujourd’hui en France. Nous dénonçons ces projets et essayons de convaincre les élus.

FashionMag: Que pensez-vous du regroupement des salons ?
Bernard Morvan: C’est une bonne chose. Nous sommes en contact bien sûr avec les dirigeants des salons de mode. Pour nous c’est le bon timing puisque nous cherchons à intégrer des détaillants plus jeunes que nous retrouverons surement au Who’s Next par exemple.

FashionMag: Est-ce que les détaillants à votre avis sont prêts à se mobiliser ?
Bernard Morvan: On sent une volonté de ne plus être isolé, de s’organiser face à la concurrence, à l’évolution de la distribution. Après c’est à nous de convaincre. Il y a aujourd’hui 22 800 entreprises indépendantes qui représentent 36 450 boutiques. La branche compte 75 000 personnes. C’est loin d’être négligeable.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com