×
6 622
Fashion Jobs
MORGAN PHILIPS EXECUTIVE SEARCH
Chef de Produit Marketing Maroquinerie F/H
CDI · PARIS
CALZEDONIA
Animateur Régional Des Ventes H/F - CDI - Lille/Nord de la France
CDI · LILLE
CELIO
Responsable Achat H/F
CDI · SAINT-OUEN-SUR-SEINE
AXENTIA
Commercial H/F Textile
CDI · PARIS
DEBEAULIEU
Responsable e Commerce
CDI · PARIS
SINTEL RECRUTEMENT
Responsable Stock Grands Magasins (H/F) Luxe - CDI
CDI · PARIS
JEAN PAUL GAULTIER
Chef de Produit H/F
CDI · PARIS
JEAN PAUL GAULTIER
Chargé(e) Des Opérations H/F
CDI · PARIS
NINA RICCI
Responsable Ordonnancement Lancement H/F
CDI · PARIS
CSP PARIS FASHION GROUP
Responsable Développement Des Ventes
CDI · PARIS
HAYS FRANCE
Traffic Manager / E-Commerce H/F
CDI ·
GALERIES LAFAYETTE
Marketing Manager Pour Citynove H/F
CDI · PARIS
GROUPE ETAM
Coordinateur Travaux H/F
CDI · CLICHY
SMCP
Contrôleur de Gestion Fonctions Centrales & Logistique H/F
CDI · PARIS
COURIR
Chef.fe de Projet Moa E-Commerce - Paris - CDI - F/H
CDI · PARIS
YVES SAINT LAURENT SAS
Saint Laurent Executive Assistant & Project Coordinator H/F
CDI · PARIS
SÉZANE
Chargé(e) de Projet Paid Media Senior (H/F)
CDI · PARIS
CITY ONE
Chef Hote Vip Pour Production Audiovisuelle (H/F) -CDI- 35h
CDI · PARIS
PACO RABANNE MODE
Directeur Produit Accessoires H/F
CDI · PARIS
PACO RABANNE MODE
Chef de Produit Accessoires H/F
CDI · PARIS
LANVIN
Responsable Industrialisation (H/F)
CDI · PARIS
BALENCIAGA S.A.S.
Balenciaga – Chef de Projet Architecture Retail (F/H)
CDI · PARIS
Par
AFP
Publié le
21 janv. 2010
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

François Lesage, doyen des brodeurs, sur le pont avant les défilés couture

Par
AFP
Publié le
21 janv. 2010

PARIS, 21 jan 2010 (AFP) - "Karl est passé hier soir tard, on a revu certaines choses", glisse François Lesage, 80 ans, roi des brodeurs de la couture parisienne, dont les ateliers travaillent d'arrache-pied sur la collection Chanel dessinée par M. Lagerfeld à une semaine des défilés.

François Lesage
François Lesage dans son atelier - Photo : JEAN-PIERRE MULLER (AFP)

"Au départ, on a un croquis et c'est notre rôle d'interpréter. Le couturier est l'architecte et nous les décorateurs. Tout est affaire de complicité", résume M. Lesage, qui a vendu sa maison en 2002 à la maison Chanel mais n'en reste pas moins sur le pont.

De tréteaux en tréteaux, de l'organza tendu sur lequel des dizaines de brodeuses piquent du fil, des paillettes et autres perles. Aucune nervosité palpable mais un travail organisé et patient, ultra-précis.

Outre Chanel, elles oeuvrent aussi pour la collection Dior et la troisième saison du jeune Alexandre Vauthier, qui fait irruption dans l'atelier, son casque de moto à la main, pour emporter ce qui est prêt dans un banal sac de gym.

"Je suis dans les temps, je touche du bois", sourit le couturier de 38 ans, qui a travaillé notamment chez Jean Paul Gaultier. "M. Lesage, je le connais depuis 15 ans. C'est un délice de concevoir avec lui les broderies. On bénéficie de son savoir-faire, de sa lumière, de sa sensibilité artistique".

Une bise et puis s'en va.

Retour à la technique, aux trucages faits à la vapeur et aux différentes méthodes pour obtenir un motif ou un effet. "Chez nous, il n'y a pas de règles, il n'y a que des recettes", assène M. Lesage, qui semble avoir une formule adaptée à chaque situation.

Discutant d'une piste de travail encore floue, il lance: "C'est très Londres là, il y a du brouillard". Face à un ouvrage presque fini, il décrète: "C'est pas tout à fait cuit".

Le brodeur, comme tous les fournisseurs de couture, "doit être un caméléon" et s'adapter à chaque donneur d'ordres. Il est arrivé à la maison de broder du papier d'emballage de chocolat, des coquilles de moules ou encore des plumes trempées dans du goudron: "Il n'y a pas de limite aux fantasmes des couturiers", s'amuse M. Lesage.

De pièce en pièce, des centaines de tiroirs conservent 40 tonnes de bobines de fil de toutes les couleurs, d'échantillons et autres perles de Tchéquie, sans compter les cartons de pièces maîtresses de collections passées où, comme sur les murs de l'atelier, Saint Laurent est très présent.

"Je l'ai connu à 19 ans chez Dior vous savez. Et Karl aussi, c'était un tout jeune homme quand je l'ai rencontré chez Patou. Gaultier, ou Lacroix qui est mon filleul, aussi, ils étaient débutants...", se souvient François Lesage.

Il a repris à 20 ans la maison de broderie fondée par son père. "Je ne me suis jamais posé la question (de faire autre chose). Je couche dans la chambre où je suis né", confie-t-il sans état d'âme.

Sa mère travaillait chez la couturière Madeleine Vionnet. Il montre du doigt un cadre contenant la pièce de broderie dorée qui a permis la rencontre de ses parents: "Voyez là, c'est mon acte de naissance".

A cette époque, "la haute couture n'était pas faite pour rêver mais pour habiller. Aujourd'hui, c'est le contraire. Le prêt-à-porter a remplacé ce qu'était la couture dans les années 1950".

Le vieux monsieur au regard vif se souvient du temps lointain où il était "le plus jeune des brodeurs, le fils Lesage. Maintenant, j'en suis le doyen".

Par Gersende RAMBOURG

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.