×
6 205
Fashion Jobs
JULES
Merchandise Planner (H/F)
CDI · ROUBAIX
CCLD RECRUTEMENT
Manager Des Ventes Idf H/F
CDI · PARIS
YVES SAINT LAURENT S.A.S.
Saint Laurent Juriste Commercial H/F
CDI · PARIS
YVES SAINT LAURENT S.A.S.
Saint Laurent Contrôleur de Gestion Siège H/F
CDI · PARIS
SINTEL
Chef de Produit Sénior (H/F)
CDI · NANTES
SINTEL FASHION INTERNATIONAL
HR Business Partner IT (H/F)
CDI · PARIS
MP L'OCCITANE
CDI - Chef de Projet Digital Senior Acquisition & Media - Europe, UK, us H/F - Erborian
CDI · PARIS
MAISON MATISSE
Responsable Commercial International
CDI · PARIS
CASAMANCE
Charge d'Affaires Junior Paris /Idf
CDI · PARIS
PVH CORP.
Account Manager Shoes - Tommy Hilfiger & Calvin Klein- Secteur Nord Est
CDI · PARIS
COURIR FRANCE
Chargé.e de Stocks / Stock Keeper - c.c Centre 2 - st Etienne - CDI - 35h - f/h
CDI · SAINT-ÉTIENNE
IZIPIZI
Sales Representative UK (H/F)
CDI · PARIS
IZIPIZI
Sales Representative Benelux (H/F)
CDI · PARIS
RETAIL CONSEIL
Attaché.e Commercial.e Mode Femme Sud-Est
CDI · LYON
BALENCIAGA S.A.S.
Balenciaga – Contrôleur Financier Retail Monde (f/h)
CDI · PARIS
CITY ONE
Office Manager H/F
CDI · PARIS
KARA
Gestionnaire RH (H/F)
CDI · PARIS
SMCP
Chef de Projet IT CRM H/F
CDI · PARIS
MARIONNAUD
Responsable Régional Des Ventes Idf H/F
CDI · PARIS
DIM
Chef de Produits Dim Homme Stratégique & Opérationnel (H/F)
CDI · RUEIL-MALMAISON
COURIR FRANCE
Chargé.e de Stocks / Stock Keeper - Barbes - Paris - CDI - 35h - f/h
CDI · PARIS
WINNING SEARCH
Key Account Manager Jeanswear (bu Fashion)
CDI · PARIS
Publicités
Traduit par
Lionel Tixeire
Publié le
14 mars 2017
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

French Connection : des signes encourageants, mais des difficultés persistantes

Traduit par
Lionel Tixeire
Publié le
14 mars 2017

De manière surprenante, dans la mesure où l'entreprise britannique vient de publier une nouvelle année en perte, French Connection a annoncé quelques bonnes nouvelles, ce mardi 14 mars, lors de la présentation des résultats de son exercice 2016/17. Il n'est toutefois pas certain que cela suffise à rassurer ses investisseurs.

French Connection a connu près d'une décennie de pertes - DR


L'un d'entre eux, Gatemore Capital Management, qui détient une participation de 8 %, a déclaré que l'entreprise devrait être démantelée, car ses différentes parties vaudraient séparément « environ deux ou trois fois plus que l'entreprise dans son ensemble ». Outre French Connection, l'entreprise exploite en effet les marques Toast, Great Plains et YMC.

Alors qu'en est-il exactement ? L'entreprise a annoncé une amélioration de la performance commerciale au cours de l'exercice clos au 31 janvier, avec des ventes comparables en Europe et au Royaume-Uni en hausse de 4,4 %, et une 3e saison consécutive de croissance des ventes à prix plein, « malgré un environnement commercial difficile au second semestre ».

Les ventes en ligne ont progressé de 12,7 % et représentent aujourd'hui 27,3 % des ventes au détail. Les ventes mobiles représentent une part croissante de l'activité en ligne, soit 39,7% du trafic, contre 32,7 % l'an dernier.

French Connection a par ailleurs terminé l'exercice avec une trésorerie de 13,5 millions de livres (15,4 millions d'euros), contre 14 millions l'année précédente. Il s'agit d'une variable importante pour l'entreprise, car les investisseurs ont fait part de leur crainte de voir l'entreprise se retrouver à court de liquidités.

Mais c'est à peu près tout sur le front des bonnes nouvelles. Les ventes du groupe ont chuté de 6,7 % à 153,2 millions de livres (174,8 millions d'euros). Les ventes au détail ont baissé de 4,9 % à 87,9 millions de livres, tandis que le wholesale a reculé de 9,1 % à 65,3 millions (et de 14,7 % à taux de change constant). La perte d'exploitation est ressortie à 3,7 millions de livres (4,2 millions d'euros), contre une perte de 4,7 millions l'année précédente.

Mais, là encore, quelques signes encourageants sont à noter. Si la marge brute a baissé de 57,3 % à 56,8 % en raison de la plus grande proportion des ventes réalisées en outlet, la marge à prix plein réalisée en magasin a progressé. Et si les revenus de licence ont été « négativement impactés par le changement de licence au niveau des parfums et par la faillite du licencié de l'entreprise pour la chaussure », selon l'entreprise il existe « des opportunités considérables de croissance dans ces deux catégories ». En fait, l'entreprise a récemment signé un accord de licence pour les sous-vêtements en Amérique du Nord et mène des négociations dans plusieurs autres catégories susceptibles de renforcer son portefeuille.

Ce qui semble certain, c'est que le programme de fermetures de magasins a été un élément clé du dernier exercice. Neuf magasins non rentables ont été fermés l'an dernier. Deux de plus ont baissé le rideau depuis le début de l'exercice en cours, et six autres fermetures devraient avoir lieu dans les mois à venir.

Si tout cela a un impact sur le niveau des ventes globales, les ventes comparables ont par contre progressé de 4,4 %, contre une chute de 6,4 % l'année précédente.

Selon le PDG Stephen Marks, « l'amélioration que nous avons constatée au second semestre et au début du nouvel exercice me permettent de penser que nous allons dans la bonne direction. Les collections de cette année ont été très bien reçues et les ventes, aussi bien de détail qu'en wholesale, sont en hausse par rapport à l'an dernier ».

Malgré cet optimisme, il est difficile d'ignorer l'étendue des problèmes auxquels l'entreprise doit faire face. Le PDG a notamment fait référence aux difficultés des activités wholesale et de licence au premier semestre de l'an dernier, admettant au passage qu'il y avait encore « une quantité considérable d'efforts à faire pour rendre l'entreprise à nouveau profitable ».

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com