×
Publicités
Publié le
13 janv. 2014
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Galeries Lafayette: le comité exécutif de la branche grands magasins limogé

Publié le
13 janv. 2014

On peut vouloir acheter le Printemps à Paris ou House of Fraser outre-Manche et ne pas se sentir à l’aise chez soi.

En tout cas l’information publiée par les Echos de ce matin sur le limogeage de la totalité du comité exécutif de la branche grands magasins des Galeries Lafayette laisse peu de place au doute.

C’est une sanction brutale mais attendue depuis l’arrivée de Nicolas Houzé, fils de Philippe Houzé, président du groupe, à la tête de la division grands magasins.

Nicolas Houzé


Celui-ci avait remplacé Paul Delaoutre de manière là aussi assez brutale. Mais, c’était le fait de l’actionnaire. De même, la nomination comme directrice de la mode d’Averyl Oates, ex-directrice des achats chez Harvey Nichols, comme directrice de la mode, avait une nouvelle fois interrogé sur l’avenir de l’équipe en place sous Paul Delaoutre.

Menacé puisque numéro deux de la branche, Michel Roulleau, directeur général adjoint, était donné partant depuis de longs mois, ou potentiellement remercié… Sauf que, selon des acteurs du métier, celui-ci est un poids lourd du groupe qui serait le seul à connaître les patrons du luxe.

« Michel Roulleau est le seul aujourd’hui à pouvoir déjeuner avec Bernard Arnault », nous avait confié un fin connaisseur du monde du luxe après le départ de Paul Delaoutre. D’ailleurs, parmi le comité exécutif, il serait le seul rescapé. Selon Les Echos, il lui a été proposé un poste de conseiller du président…

« Les autres ont été priés de partir dans les plus brefs délais », selon Les Echos: Christophe Cann, directeur général adjoint ventes et international, Anne-Marie Gaultier-Dreyfus, directrice du marketing, qui a piloté la campagne de relance du BHV-Marais, Jean-Yves Rémond, directeur des ressources humaines, Laurent Singer, directeur des systèmes d’information.

Les Echos mentionnent aussi la probable arrivée à un poste de directeur de l’image du frère de Nicolas Houzé, Guillaume, aujourd’hui président de la fondation d’entreprise Galeries Lafayette.

Une sorte de comité exécutif familial qui interroge sur la situation des Galeries et les objectifs d’avenir.

Le groupe est doté d’un bon matelas depuis la cession de ses parts dans Monoprix. Mais la rumeur dit que les ventes entre autres du navire amiral du boulevard Haussmann seraient à la peine. Notamment s’appuyant sur une sorte de positionnement mass market du grand magasin, l’enseigne serait prise à contrepied par l’évolution des envies et des arbitrages de la clientèle touristique.

On la dit aussi ici et là déstabilisée par la place prise (ou reprise) par le Printemps qui inaugure cette semaine un magasin atypique et très valorisant au Carrousel du Louvre.

De quoi souder le lien familial dans un groupe où celui-ci a toujours été très fort. Reste à savoir s’il s’agit pour le meilleur ou pour le pire !

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com