×
Auteur :
Publié le
26 janv. 2014
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

GL Bijoux : 6 candidats déclarés à la reprise

Auteur :
Publié le
26 janv. 2014

GL Bijoux, dont les origines remontent au milieu du dix-neuvième siècle, devrait connaitre dans les prochaines semaines son avenir. La semaine dernière ont été dévoilés les noms des six candidats à la reprise et leurs offres doivent être étudiées par l’administrateur judiciaire et la direction. Ainsi, France 3 et le Dauphiné Libéré mentionnent quatre industriels et deux financiers.

Altesse, marque qui date de 1905 a rejoint le groupe en 1998. (visuel Altesse)


Ont ainsi déposé une offre de reprise : le groupe Christian Bernard, qui se présente comme l'un des leaders mondiaux des secteurs de la bijouterie-joaillerie et de l'horlogerie avec un chiffre d’affaires affiché de 160 millions d’euros, et Bernadette Pinet-Cuoq, qui est quant à elle maire d'une petite commune d'Ardèche, ancien cadre chez GL et présidente déléguée de l'Union française de la bijouterie.

Les autres repreneurs potentiels sont des fournisseurs de bijoux : le groupe Robbez-Masson, installé à Mende (Lozère), ou encore Eric Lefranc, de Renaissance Industries (ex cadre chez Caravelle).

Deux sociétés financières sont également de la partie avec Impala (créée par Jacques Veyrat, ancien président du groupe Louis Dreyfus) et LFC Partners, qui se présente en revanche comme spécialiste de conseil aux sociétés de private equity et de pme.

La question au cœur des débats est celle des projets industriels et des emplois préservés. Le groupe, qui employait en début d’année dernière 720 personnes en France (620 personnes sur ses deux sites ardéchois et une centaine à GL Diffusion, le réseau diffusant dans les grands magasins ses bijoux) avait déjà mis en place un plan social concernant environ 190 postes.

Selon le Dauphiné Libéré, citant une source syndicale, les offres présentées prévoient de 230 suppressions à 397 suppressions de postes. Une réunion serait prévue au ministère du Redressement productif ce 3 février.

En 2012, selon les chiffres publiés auprès du greffe, la société de production dévoilait une perte nette de 13 millions d'euros pour un chiffre d'affaires de 72 millions. La holding Ets Legros - Les Bijoux GL enregistrait, elle, un déficit net de plus de 16 millions.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2023 FashionNetwork.com