×
Publicités
Auteur :
Publié le
20 juil. 2012
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Groupe Go Sport: quelle feuille de route ?

Auteur :
Publié le
20 juil. 2012

Certains, dans le secteur, le pressentaient. Depuis ce matin, c’est officiel. François Neukirch, directeur général du groupe Go Sport depuis 2007 et ancien de chez Décathlon, laisse sa place. Pour lui succéder, un spécialiste de la grande distribution et plus précisément de la galaxie Mulliez qui abrite également Décathlon. Loïc Le Borgne, qui prend les commandes du groupe Go Sport, a en effet passé 21 années chez Auchan et 7 autres chez Kiabi. Un homme au profil moins sport qu’attendu mais est-ce si important alors que Go Sport a créé il y a peu de temps avec son homologue autrichien Hervis, une joint-venture pour piloter les achats, notamment auprès des fournisseurs internationaux.

Ce changement à la tête du groupe suit celui intervenu en novembre dernier à la tête de la filiale Courir. Jacques Krauze ayant alors été remplacé par André Ségura, également davantage spécialisé dans la distribution que le sport, l'homme ayant travaillé chez Marionnaud, Conforama et Habitat.



Go Sport dans le centre commercial de l'Heure Tranquille à Tours. Photo PixelFormula

Reste à connaître la nouvelle feuille de route. A l’occasion de la publication des résultats semestriels, le groupe, détenu à plus de 72% par la holding Rallye (Casino), ne dévoile rien. Il rappelle les efforts mis en œuvre pour différencier les enseignes Go Sport et Courir ainsi que les efforts déployés pour le remodeling des magasins. Il assure que, comme prévu, le e-commerce sera opérationnel fin 2012. Sans oublier les investissements marketing, dont celui conclu début juillet avec le PSG.

En attendant, si Courir se maintient, Go Sport est essoufflé. Au cours du deuxième trimestre, les ventes de l’enseigne éponyme ont chuté en France et en comparable de 7,5% à 102 millions d’euros. Celles de Courir, sont quasiment restées stables à 38 millions. Sur l’ensemble du premier semestre, Go Sport est en très léger recul et Courir en hausse de 5%.

Au total, en incluant Go Sport Pologne, le chiffre d’affaires total a progressé en comparable de janvier à juin de 1% à 324 millions. Côté résultats, les efforts pour maintenir les ventes ont pesé. Le déficit opérationnel courant est à -3,9 millions, contre +1,7 million un an auparavant. Les pertes nettes sont passées de 14,4 à 17,4 millions. Seule quiétude, la réduction de la dette permise par l’augmentation de capital.

Pour l’avenir, le Groupe Go Sport doit trouver sa place clairement entre Décathlon et Intersport. La nouvelle entité codétenue avec les Autrichiens d’Hervis Sports doit permettre de mieux négocier en termes de prix d’achat, mais sans doute aussi de mieux développer des exclusivités. Pour se démarquer un peu, d'autant que les trois partenaires de cette structure Sports Trade Marketing International (à laquelle Twinner vient d'adhérer) occupent des zones géographiques différentes.

Mais un scénario évoqué de temps à autre est une cession par Rallye à moyen terme du Groupe Go Sport ou en tout cas de la chaîne Go Sport elle-même. Un souhait sans doute pour Jean-Charles Naouri, le patron de Rallye, d’autant que, depuis la signature de son accord avec le groupe Galeries Lafayette, il doit financer et développer Monoprix.

Selon nos informations, un des trois premiers équipementiers sportifs aurait même discuté avec Jean-Charles Naouri. Avec l'objectif de développer sa propre marque en enseigne face à Décathlon qu'il juge très (trop ?) présent. Suite en 2013 ...?

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com