×
Publicités
Par
AFP
Publié le
4 mars 2015
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Guy Laroche revisité version rock et destructurée par Adam Andrascik

Par
AFP
Publié le
4 mars 2015

Le créateur américain Adam Andrascik a apporté une touche rock et déstructurée à l'univers de Guy Laroche, maison parisienne en quête de renouveau pour laquelle il a présenté sa première collection, ce mercredi à la Fashion week parisienne.

Guy Laroche - Fall-Winter2015 - Womenswear - Paris - © PixelFormula

« C'est comme un clash de deux mondes, j'ai essayé d'en faire quelque chose de beau », a résumé le jeune homme de 30 ans après le show au grand Palais.

« Nous venons d'horizons très différents, je suis américain, il (Guy Laroche) était français, mais en même temps il était très intéressé par les idées nouvelles, et cela me parle », explique ce créateur originaire de Pittsburgh en Pennsylvanie  qui vit à Londres.

La collection automne-hiver, dans laquelle il a injecté sa « touche sombre et romantique », fait une large place aux blousons de motard, aux trenchs et jupes déconstruits, avec des panneaux découpés, des contrastes de matières et des imprimés de caractères calligraphiques asiatiques.

Noir, argent et or dominent la palette des silhouettes, qui reprennent une esthétique masculin-féminin.

Guy Laroche - Fall-Winter2015 - Womenswear - Paris - © PixelFormula

Nouveau directeur artistique de Guy Laroche, Adam Andrascik a succédé au franco-suédois Marcel Marongiu, qui était arrivé dans la maison en 2007 et avait présenté son dernier défilé en septembre.

Formé au Fashion Institute of Technology de New York et à la Central Saint Martins de Londres, l'Américain a travaillé avec des marques comme Gucci et Proenza Schouler, avant de lancer sa propre griffe.

Guy Laroche avait lancé sa maison en 1957 avec l'idée de libérer le corps des femmes et de leur offrir une élégance « raffinée et discrète ». Mais depuis la mort de son fondateur en 1989, la marque a connu une valse de créateurs, parmi lesquels Alber Elbaz, aujourd'hui chez Lanvin, Michel Klein ou Damian Yee.

Le nouveau directeur artistique a expliqué s'être inspiré du film The Pillow Book, de Peter Greenaway, et des calligraphies réalisées par l'héroïne japonaise sur le corps de ses amants. « J'ai voulu réinterpréter cette idée dans la fabrication », dit-il.

Ainsi les manteaux et robes s'ornent de gros caractères asiatiques dorés, le cuir des blousons de motard type Perfecto est recouvert d'imprimés blancs tels des tatouages.

« Je devais prendre position avec cette collection, je voulais qu'elle soit vraiment graphique et audacieuse », a commenté le créateur qui, plutôt que de revisiter une pièce-clé de Guy Laroche, a souhaité rendre hommage à la « modernité » du fondateur.

La chanteuse française Elodie Frégé a assisté au défilé de cette marque qu'elle porte souvent. « Cela m'a plu, ce sont des pièces assez classiques mais complètement revisitées dans la forme, déstructurées », a-t-elle commenté. « Je suis moins fan des imprimés, c'est quelque chose que j'ai du mal à porter. Mais il y a un effort sur la forme des épaules, qui prennent plus de place que lors des dernières collections, ça j'aime bien ! »

Par Anne-Laure MONDESERT

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.