×
7 073
Fashion Jobs
HAPPY BEAUTY
Reponsable d'Institut de Beauté
CDI · POINTE-À-PITRE
ETAM
Gestionnaire Logistique H/F
CDI · CLICHY
BZB
Contrôleur de Gestion Achats H/F
CDI · ROUBAIX
HERMES
CDI - Responsable de Stock, Flux et Approvisionnement (H/F)
CDI · PARIS
SEPHORA
Manager Des Ventes (F/H) - Toulon
CDI · TOULON
KENZO
Responsable Visuel Merchandising (H/F)
CDI · PARIS
PACO RABANNE MODE
Responsable E-Commerce H/F
CDI · PARIS
HERMES
CDI - Chef de Produit Sacs Homme & Voyage (H/F)
CDI · PANTIN
HERMES
CDI - Chef de Produit Équitation (H/F)
CDI · PARIS
HERMES
Stage - Expérience Client et Commandes Spéciales (H/F)
CDI · PANTIN
IZIPIZI
Sales Administration Executive
CDI · PARIS
GALERIES LAFAYETTE
Chef de Produit Acheteur Maroquinerie H/F
CDI · PARIS
SHOWROOMPRIVE.COM
Gestionnaire Transport Btb - H/F
CDI · SAINT-DENIS
CONFIDENTIEL
Attache(e) Commercial Wholesale Sud-Est France H/F
CDI · AIX-EN-PROVENCE
UNODE50
Chef de Secteur Joaillerie
CDI · MONTPELLIER
DCM JENNYFER
Chef de Produit / Acheteur (H/F)
CDI · SAINT-OUEN
SWAROVSKI
CDI - Senior Key Account Manager Swarovski Optik (H/F) - Paris
CDI · PARIS
FROM FUTURE
Responsable Marketing & Chef de Projet Image (H/F)
CDI · BOULOGNE-BILLANCOURT
PVH CORP.
Sales Manager (M/F/X) - Tommy Hilfiger - Talange - CDI 35h
CDI · TALANGE
AMERICAN VINTAGE
Chef de Projet Ppo - Project Product Owner H/F
CDI · SIGNES
LACOSTE
Responsable Des Ventes (CDI) - Champs Elysees F/H
CDI ·
TOMMY HILFIGER
Key Account Manager (M/F/X) – Calvin Klein CDI
CDI · PARIS
Publicités
Publié le
28 juin 2018
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Happychic : l’heure des premières mesures de restructuration

Publié le
28 juin 2018

Passé au scanner par le cabinet de retournement Prosphères depuis six mois, le groupe d’habillement nordiste Happychic (Jules, Brice, Bizzbee, La Gentle Factory) n’a pas encore officialisé les leviers qu’il va actionner afin de redresser son activité. Alors qu’il prévoit de dévoiler les conclusions de différents groupes de travail fin juillet, son PDG, Jean-Christophe Garbino, anticipe de premières mesures, dont la fermeture avant la fin de l’année de 13 magasins du groupe, sans toutefois en détailler leurs emplacements.


Campagne du printemps-été 2018 - Jules


Une première étape nécessaire, selon le dirigeant, qui touche toutes les marques du groupe. « Ce sont des points de vente durablement déficitaires, qui nous font perdre de l’argent et pour lesquels on ne voit aucune issue positive localement », affirme Jean-Christophe Garbino à FashionNetwork.com.

Selon nos informations, 90 points de vente des 306 magasins du réseau Jules et 26 boutiques Brice sur 172 ne seraient pas rentables (hors franchisés). D’autres fermetures sont-elle à venir ? « Il y a urgence, mais nous ne souhaitons pas prendre des décisions à l’emporte-pièce. Fermer un magasin a aussi un coût, financier comme humain. Néanmoins, il pourrait y avoir d’autres fermetures si la mauvaise dynamique se poursuit », concède-t-il.

Il y a quelques jours, l’intersyndicale du groupe (CGT, FO, Ensemble et CFDT) avait appelé à la grève le 19 juin, afin de presser la communication de la direction sur le plan de bataille qu’elle compte mettre en place. Puis, le 25 juin, c’était au tour des salariés de l’entrepôt Brice, situé au Mans, d’alerter sur la potentielle fermeture du site. Le groupe annonce aujourd’hui qu’il procède à la suspension à titre conservatoire du bail de cet entrepôt logistique. C’est-à-dire qu'Happychic pourra s’en séparer en juin 2019 ou continuer de l’exploiter. La première option sera sans doute privilégiée si la situation ne se redresse pas d’ici là, même si la direction affirme qu’à « ce stade, aucune décision n’a été prise concernant l’avenir du site et des 40 salariés ».

« Le retournement est en cours : nous nous laissons 12 à 18 mois pour modéliser les hypothèses et tester de nouvelles formules, comme le rapprochement des enseignes Jules et Brice. Certains magasins testent une offre conjointe, mais il ne s’agit que d’une première piste ». Jules expérimente aussi nouvelle identité visuelle depuis le mois d’avril, mais celle-ci n’a pas vocation à être déployée, tandis que la marque La Gentle Factory, mise en vente en début d’année, a reçu plusieurs marques d’intérêt.

Jean-Christophe Garbino, qui pilote aussi l’entité Fashion3 (HappyChic, Pimkie, Grain de Malice, Orsay…), le martèle : « Nous visons une réduction drastique des frais, dans un contexte de forte baisse du résultat et de chute des ventes sur l’année 2018 si le second semestre ne se présente pas mieux que le premier. Notre trafic a baissé de l’ordre de 30 % en quatre ans, en ligne avec les chiffres de la Fédération Procos ». L’objectif des tests menés est de faire revenir le client en magasin, comme l’espèrent ainsi de nombreux retailers, d’autant plus sur un marché de la mode masculine passablement dégradé en France.

Interpellé par les représentants syndicaux, Happychic n’aborde encore pas concrètement le sujet de la réduction d’effectifs. « Si pour réduire les coûts, les conclusions tirées stipulent qu’il convient de supprimer des postes, nous le ferons, mais ça n’est pas certain ». Le syndicat FO affirme qu’une menace pèserait sur environ 500 salariés. Le groupe créé en 2009 emploie à ce jour quelque 4 000 collaborateurs et aurait généré en 2017 près de 700 millions d’euros de chiffre d’affaires. 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com