×
Publié le
20 juil. 2018
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Harmony : cap sur le retail et le digital

Publié le
20 juil. 2018

Harmony évolue pour mieux se développer. Fraîchement installée, début juin, dans de nouveaux bureaux plus spacieux de 110 m2 (contre 70 m2 auparavant) rue Notre-Dame de Nazareth, à deux pas de la place de République, l’équipe a ainsi pu accueillir trois nouvelles recrues : une développeuse produit, un responsable marketing et digital et un responsable administratif et financier.

Silhouette printemps-été 2018 - DR


« Nous nous sommes structurés pour mieux nous développer. Nous préférons désormais ne plus augmenter le wholesale pour nous concentrer sur le retail, ce qui inclut notre eshop. Nous voulons être proches de notre client final. En travaillant plus en direct, cela va nous permettre de serrer nos marges, d’être plus réactifs dans nos produits et de continuer à présenter de beaux produits à de bons prix», explique David Obadia, le fondateur de la marque.
Le jeune homme de 29 ans a beau dire que faire de la mode est l’un des métiers les plus compliqué, il n’en est pas à coup d’essai. Fondateur d’Harmony en 2014, il s’était déjà fait remarquer avec la griffe urbaine BWGH (Brooklyn We Go Hard) créé avec Nelson Hassan. Un métier qu’il n’exerce pas non plus au hasard puisque son père était l’un des fondateurs de C17.

Actuellement, Harmony est distribuée chez une centaine de revendeurs, en France et à l’international. Elle souhaite en conserver la majorité dans sa nouvelle stratégie : les plus sélectifs et les plus qualitatifs. Ses principaux marchés sont la Corée, le Japon, les Pays-Bas et l’Allemagne. Le dernier exercice s’est clôt sur un chiffre d’affaires, en progression, de plus de 2 millions d’euros. Ces ventes sont réparties entre le wholesale (50%), le magasin du Haut Marais à Paris (30%) et l’eshop (20%). La collection masculine représente 60% des ventes contre 40% pour la femme. « Nous allons refondre encore notre site pour dynamiser l’eshop et développer le storytelling. Le nouveau site sera complètement transparent : nous dévoilerons où, comment et par qui sont fabriqués nos vêtements. », précise David Obadia.

Silhouette printemps-été 2018 - DR


Les matières utilisées sont originaires de trois pays : l’Italie, l’Angleterre et le Japon. La fabrication est européenne (Italie, Portugal, Roumanie, Bulgarie). Certaines pièces, les manteaux et une partie des pantalons, sont même produits en France. La marque qui cultive un esprit minimaliste s’inspire de « tout sauf de la mode. » David Obadia se nourrit en particulier d’architecture.

La prochaine étape devrait se concrétiser Rive Gauche à Paris où le fondateur de la marque parisienne recherche un emplacement pour un second magasin. L’idéal serait une ouverture au premier trimestre 2019. En attendant, David Obadia mise à fond sur le digital. Il collabore avec son nouveau responsable marketing et digital pour établir un plan de diffusion hebdomadaire sur les réseaux sociaux : « Nous devons être une marque digitale. C’est obligatoire aujourd’hui. Cela prend beaucoup de temps mais nous devons le faire. »
 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com