×
5 085
Fashion Jobs
Publicités
Publié le
3 oct. 2016
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Héloïse de V. veut développer le lifestyle parfumé

Publié le
3 oct. 2016

Créer le « lifestyle parfumé », c’est ce que souhaite Valérie d’André avec sa maison de parfums d’exception Héloïse de V.. Fondée il y a trois ans, la griffe olfactive indépendante est déjà présente dans une cinquantaine de points de vente en France, des grands magasins aux parfumeries indépendantes, en passant par les concept stores et les boutiques d’art de vivre, et environ 150 points de vente à l’international. Un développement qui devrait se poursuivre très prochainement au Moyen-Orient et se renforcer aux Etats-Unis.


Le parfum Héloïse signé Héloïse de V. - Héloïse de V.


Ex-responsable achats pour les Galeries Lafayette, puis pour Space NK, l’enseigne britannique spécialiste des cosmétiques de luxe et parfums de niche, Valérie d’André est aujourd’hui actionnaire majoritaire de sa maison, accompagnée dans son aventure olfactive d’un investisseur américain. « Face aux grandes maisons, il faut pouvoir se développer assez rapidement, explique-t-elle. (…) Nous sommes approchés par des grands groupes qui trouvent qu’il y a une vraie histoire derrière Héloïse de V., mais nous sommes encore une jeune maison. »

Derrière Héloïse de V., hommage à Héloïse de Valfons, ancêtre de Valérie d’André, se niche en effet une histoire familiale qui prend racines dans le sud de la Provence, près de la ville d’Uzès, et plus précisément dans le domaine familial, propriété du clan depuis 1012. Dans ce lieu, des générations, de femmes surtout, ont cultivé plantes locales et lointaines. Et c’est d’ailleurs à cette famille qu’Héloïse de V. rend hommage dans sa dernière collection de trois parfums baptisée Voyages Lointains. Le parfum Héloïse par exemple s’inspire d’une joueuse de cithare, fille d’armateurs, dont l’arrière-arrière-grand-père de Valérie d’André est tombé amoureux lors d'un voyage au Pérou. Venue vivre dans le domaine familial, elle y a cultivé des plantes péruviennes (environ 140 euros).

Désormais forte de huit fragrances, Héloïse de V. envisage l’ouverture d’un écrin en propre à Paris dans l'année à venir. Un lieu où la marque pourrait dévoiler l’ensemble de son offre parfumée crèmes pour le corps et les mains, cartes et bijoux parfumés, et organiser ses ateliers (confection d’aquarelles parfumées, massage sur points d’acuponcture…).

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2023 FashionNetwork.com