×
Par
Les echos
Publié le
12 août 2008
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Henkel relève légèrement ses objectifs de croissance organique

Par
Les echos
Publié le
12 août 2008

Le fabricant allemand de lessives, de cosmétiques et d'adhésifs Henkel a annoncé une baisse de son bénéfice net, mais dans le même temps relevé légèrement sa prévision de croissance organique, selon des chiffres publiés mercredi 6 août.


www.Henkel.com

Le bénéfice net a chuté à 38 millions d'euros contre 234 millions d'euros un an avant. Les analystes interrogés par Dow Jones Newswires tablaient sur un bénéfice plus élevé, de 65 millions d'euros. Henkel a lancé sous la houlette de son nouveau patron, le Danois Kasper Rorsted, un vaste programme de restructuration, qui inclut la suppression de 3 000 emplois et pèse sur ses comptes.

Le chiffre d'affaires, pour sa part, a grimpé de 11,4 % à 3,7 milliards d'euros, en ligne avec les prévisions. Le bénéfice d'exploitation hors effets exceptionnels liés à la restructuration a lui progressé de 7,8 % sur un an à 372 millions d'euros. Les comptes incluent pour la première fois les résultats de National Starch, racheté en avril, une acquisition qui a fait de Henkel le numéro un des adhésifs.

L'objectif de croissance organique annuelle légèrement relevé
Malgré un environnement morose en termes de consommation au niveau international, et la flambée du prix des matières premières, le groupe allemand a légèrement relevé son objectif de croissance organique en 2008 : il espère atteindre un pourcentage compris entre 3 et 5 %, alors qu'avant ses espérances ne dépassaient pas 4 %.

Plus confiant sur la croissance, mais un peu plus prudent sur les bénéfices, Henkel a dit mercredi prévoir une hausse de son bénéfice d'exploitation avant exceptionnels "proche mais inférieure à 15 %", alors qu'il la voyait jusqu'ici simplement "autour de 15 %".

Henkel se distingue malgré tout de ses grands concurrents. Le mois dernier le français L'Oréal avait lui abaissé ses prévisions de chiffre d'affaires, puis Unilever avait publié des résultats trimestriels en forte baisse. Mardi 5 août, c'est son compatriote Beiersdorf, fabricant de la crème Nivea et des colles Tesa, qui a déçu.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 Les Echos