×
Publié le
21 mars 2018
Temps de lecture
4 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Hermès s’affiche comme l’une des griffes les plus rentables du luxe en 2017

Publié le
21 mars 2018

Hermès a plus que jamais le vent en poupe. « En dix ans, nous avons triplé notre chiffre d'affaires et plus que quadruplé le résultat net », s’est réjoui le gérant du groupe, Axel Dumas, lors de la présentation de résultats annuels record, ce mercredi 21 mars. Tout en confirmant le chiffre d’affaires de 5,54 milliards d’euros publié en février avec une croissance de 6,7 %, le sellier a dégagé un bénéfice net de 1,22 milliard d’euros représentant 22 % des ventes, soit son plus haut niveau historique, progressant de 11 % par rapport à 2016.
 

C'est le thème « À vous de jouer ! », qui sera célébré en 2018 par le groupe - Hermès


Le résultat opérationnel courant a atteint quant à lui 1,92 milliard d’euros, en hausse de 13 % par rapport à 2016, ressortant à 34,6 % des ventes totales contre 32,6 % l'année précédente, soit un taux de marge supérieur au niveau record de 34,3 % qui avait été atteint au premier semestre. Un chiffre supérieur aussi aux attentes des analystes, qui tablaient sur un excédent opérationnel de 1,87 milliard d'euros et un résultat net de 1,21 milliard d'euros.

Seule la griffe italienne Gucci s’approche de ce niveau, avec une marge opérationnelle de 34,2 % en 2017. Sur la même période, la marge s’est établie à 19 % pour sa maison mère Kering, à 20,8 % pour Richemont et à 19,5 % pour LVMH.

« Cette progression exceptionnelle résulte principalement du succès des collections, de la très bonne productivité des sites de production et de l'impact positif des couvertures de change issues de l'année 2016 », indique dans un communiqué la société, qui a annoncé pour l’occasion le versement d'un dividende exceptionnel au titre de l’exercice 2017.

Hermès proposera, en effet, le versement d'un dividende de 4,10 euros par action, ainsi qu'un dividende exceptionnel de 5 euros. Une rémunération supplémentaire qui se justifie, selon Axel Dumas, « compte tenu du niveau de trésorerie nette de l'entreprise, et de la grande fidélité de ses actionnaires, après cette année historique ».

Avec 1,6 milliard d'euros de capacité d'autofinancement, le groupe a vu, de fait, sa trésorerie nette progresser de près de 600 millions d’euros, après le financement de ses investissements, du dividende et des rachats d'actions, pour atteindre 2,9 milliards d'euros.

Une fois de plus, la marque connue pour ses carrés de soie et ses célèbres sacs Birkin et Kelly a très bien vendu tous ses produits, en particulier ceux de la division maroquinerie-sellerie, garantissant la plus forte marge au groupe. Avec 2,8 milliards d’euros, elle a contribué pour moitié au chiffre d'affaires total de l'entreprise, terminant l'année sur une hausse de 7,6 % (+9,7 % à taux de change constant).
 
Hermès peut afficher de tels résultats grâce à sa forte capacité de production, de loin la plus importante en France par rapport à ses concurrents avec pas moins de 38 ateliers. Cette capacité va être ultérieurement renforcée avec l’ouverture en 2020 de deux nouveaux sites de maroquinerie : celui de Guyenne à Saint-Vincent-de-Paul en Gironde et celui de Montereau à Montereau-Fault-Yonne en Seine-et-Marne. Le groupe a déjà augmenté ses effectifs de près de 650 personnes l'an dernier, dont plus de 400 dans l'Hexagone, principalement dans les manufactures et les équipes de vente, employant fin 2017 13 483 personnes, dont 8 319 en France.

Sur sa lancée, le sellier va également accélérer son expansion retail. Tandis que trois ouvertures avaient été programmées pour 2017, comme lors des années précédentes, huit nouvelles boutiques Hermès devraient voir le jour en 2018, dont une à Palo Alto, près de San Francisco, en Californie et deux en Chine.

Il a d'ores et déjà inauguré le 10 janvier dernier son nouveau magasin amiral au Landmark Prince's à Hong Kong, tout en signant en parallèle une promesse de vente relative à la cession des murs de son ancien magasin hongkongais du Galleria, dont il était propriétaire. Cette opération, qui est en cours, pourrait générer sur l'exercice 2018 une plus-value nette de l'ordre de 50 millions d’euros, précise Hermès.
 
Enfin, la relance de son site web commence à donner des résultats. Déployé au Canada et aux États-Unis l'année dernière, la nouvelle plateforme e-commerce de la griffe devrait être lancée en Europe au premier semestre 2018 et en Chine en fin d'année.

Seul bémol, le ralentissement enregistré au quatrième trimestre 2017 avec un chiffre d’affaires de 1,49 milliard d’euros, avec un léger recul de 0,4 % par rapport à la même période un an plus tôt, qui se traduit par une progression de 4,6 % à taux de change constants. Sur la même période, les ventes de la maroquinerie sont restées stables (+0,1%), augmentant de 5,8 % hors effets de change.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com