×
Publicités
Par
Reuters
Publié le
16 juin 2016
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Hudson's Bay : des ventes meilleures que prévu, grâce aux acquisitions européennes

Par
Reuters
Publié le
16 juin 2016

Le Canadien Hudson's Bay a publié des revenus trimestriels meilleurs que prévu, grâce notamment à son développement en Europe et à l'acquisition du détaillant en ligne Gilt.

Hudson's Bay a en effet racheté Galeria Kaufhof et sa filiale belge Inno au groupe allemand Metro pour environ 2,7 milliards de dollars (2,39 milliards d'euros), une décision qui a permis de compenser une consommation en berne en Amérique du Nord.

Hudson's Bay, des ventes trimestrielles en progression - Hudson's Bay


Au 1er trimestre, l'Europe représentait déjà un tiers des ventes. Toutefois, le groupe a aussi publié des pertes plus importantes qu'attendu pour le trimestre clos au 30 avril, en raison de coûts et loyers accrus, notamment liés aux investissements immobiliers du groupe.

Les ventes - à magasins comparables - des grands magasins du groupe, dont Hudson's Bay et Lord & Taylor, ont progressé de 2,3 %. Pour l'ensemble des activités, la progression a été de 4,4 %.

A titre de comparaison, les chiffres publiés par Saks Fifth Avenue sont ressortis en chute de 5,7 %, les consommateurs ayant eu tendance à se détourner des articles de luxe.

Grâce aux acquisitions, les ventes consolidées ont donc progressé de 59,4 %, à 3,3 milliards de dollars canadiens (2,28 milliards d'euros).

Les prévisions pour l'ensemble de l'exercice ont été maintenues par le groupe, alors que des concurrents comme Macy's et Nordstrom ont eux revu leurs attentes de profitabilité à la baisse.

Le groupe a par ailleurs confirmé son intention d'atteindre ou excéder ses objectifs de réduction de coûts, qui sont de 75 millions de dollars (66,5 millions d'euros) et liés notamment aux activités nord-américaines.

Selon le groupe, un programme de restructuration a par ailleurs été entamé au sein des activités de merchandising européennes, et les activités informatiques ont été externalisées en Amérique du Nord.

Les charges correspondantes à ces dernières initiatives devraient atteindre 21 millions de dollars canadiens, dont 12 ont déjà été comptabilisés au premier trimestre.

La perte nette du groupe s'est donc accrue à 97 millions de dollars canadiens, ou 53 cents par action, contre seulement 49 millions, ou 27 cents par action, un an auparavant.

Après ajustements, la perte était de 50 cents par action, soit nettement plus que les 36 cents attendus par le consensus des analystes recueilli par Reuters.

© Thomson Reuters 2021 All rights reserved.