×
Publicités
Publié le
13 nov. 2013
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Immobilier commercial européen: investissements en hausse mais pénurie d'emplacements prime

Publié le
13 nov. 2013

Les volumes d’investissement en commerce ont atteint 30 milliards d’euros au deuxième trimestre 2013, en progression de 16 % par rapport à la même période en 2012. En parallèle, la part des commerces dans l’investissement total a dans le même temps progressé à 24 %. "La demande des investisseurs n’a pas faibli et seule la rareté de l’offre "prime" a freiné leur appétit", selon BNP Paribas Real Estate, auteur d’une étude menée au niveau européen.

Le centre commercial Aeroville (France) - Pixelformula


Et force est de constater au niveau continental une nouvelle hausse des loyers prime sur les sept marchés les plus importants d’Europe de l’Ouest (Paris, Londres, Berlin, Francfort, Hambourg, Munich et Madrid). Une hausse de 4 % entre les 2e trimestres 2012 et 2013, avec désormais une moyenne de 6 553 euros du mètre carré. "Dans l’ensemble, les enseignes se livrent une concurrence accrue (baisse de la consommation, consommateurs de plus en plus exigeants, essor de l’e-commerce)", peut-on lire dans l'étude de BNP Paribas. "Les locaux commerciaux restent toutefois au cœur de leur stratégie, tout particulièrement pour les marques internationales".

En France, les investissements en immobilier commercial ont légèrement augmenté au 2ème trimestre. Paris enregistre de moins bons résultats que la province, avec une majorité de transaction inférieure à 5 millions d’euros. "Les rares grandes opérations conclues ont toutefois permis à ce secteur d’afficher de solides résultats", tempère l’étude. "Les centres commerciaux régionaux de qualité semblent être des alternatives attractives pour les investisseurs".

En Allemagne, seul Munich enregistre une baisse des investissements. Dans les centres-villes, les acteurs internationaux se montrent de plus en plus présents dans les négociations autour des emplacements "prime". "Sous l’effet de la pénurie d’offre et de la quasi-absence de locaux 'prime' vacants, les investisseurs peinent à trouver des biens adaptés", relève ainsi l’enquête.

Mais la Grande-Bretagne demeure pour BNP Paribas le marché le plus "liquide", avec une progression significative relevée sur l’année. Et si Londres est toujours aussi prisée, les investisseurs se montrent désormais plus attirés par les marchés régionaux, "grâce à des biens aux prix réajustés affichant un bon potentiel en termes de gestion d’actifs".

Dans les pays nordiques, les investissements ont progressé de 61 % grâce à de très grosses opérations intervenues en fin d’année 2012. Par comparaison, le début d’année 2013 affiche des transactions plus modestes, ramenant la hausse à 31 %. Dans le reste de l’Europe de l’Ouest, l’activité demeurerait faible, et les quelques croissances à trois chiffres constatées reposent sur de faibles volumes. "Bien que proposant des prix adaptés et une offre de biens de qualité plus étoffée, ces marchés sont plus risqués et demeurent loin d’un véritable redressement".

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2023 FashionNetwork.com

Tags :
Distribution